Site

CO de 2017/CO n° 1176 du 22 avril 2017/Première page

Première page

Éditorial: Présidentielles 2017 deux ennemis de la classe ouvrière au second tour

Déclaration de Nathalie Arthaud au soir du premier tour. (Extraits)  

Ainsi donc, le deuxième tour de cette élection présidentielle, celui qui est décisif pour désigner le président de la République, ne laisse pas d’autre choix à l’électorat populaire qu’entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron. D’un côté, la figure de proue de l’extrême droite, héritière des idées racistes et xénophobes de son père et de toute une lignée qui remonte aux défenseurs de l’Algérie française, à l’OAS, voire bien au-delà, et, de l’autre, un serviteur émérite de la grande bourgeoisie, successivement dans la haute finance et dans la politique.

Marine Le Pen, cette bourgeoise, qui se pose en défenseure des pauvres et des orphelins pour gagner des voix du côté des classes populaires victimes de la crise, servirait sa classe de privilégiés aussi fidèlement que ses prédécesseurs à l’Elysée, mais de façon plus autoritaire encore.

Elle a accédé au deuxième tour avec les votes d’une partie de l’électorat populaire. L’influence électorale du FN résulte des déceptions légitimes du monde du travail à l’égard des grands partis de gauche, PS et PC, qui ont prétendu gouverner dans son intérêt mais qui n’ont cessé de les fouler aux pieds.

Le chauvinisme, la méfiance envers l’étranger que les grands partis de gauche ont substitués au fil du temps aux idées de lutte de classe et à l’internationalisme, recyclés de façon exacerbée par le FN, affaiblissent le monde du travail déjà aujourd’hui. Ils sèment des divisions mortelles entre Français et étrangers, entre travailleurs du privé et ceux du public, entre travailleurs en activité et chômeurs.

Je m’adresse aux électeurs du monde du travail tentés par cette forme ultime d’électoralisme qui consiste à voter pour le FN sous prétexte qu’il n’a jamais gouverné, pour leur dire : vous vous affaiblissez vous-mêmes en cherchant l’ennemi du côté de vos frères de classe d’autres origines. Cela dissimule vos véritables ennemis : ceux qui siègent dans les conseils d’administration des groupes industriels et financiers, qui vivent à Neuilly ou dans le 16e arrondissement de Paris et qui attaquent nos conditions d’existence. Mais, aujourd’hui, on n’en est même plus là. Voter pour Le Pen, cela peut contribuer à l’installer au pouvoir. C’est l’ensemble du monde du travail qui le paiera.

Un pouvoir dirigé par Marine Le Pen foulera aux pieds plus fortement encore que ses prédécesseurs les droits et les libertés élémentaires du monde ouvrier. Elle affirme déjà qu’elle s’en prendra aux catégories les plus vulnérables des travailleurs immigrés, puis mettra en cause leurs enfants même nés en France. Elle s’en prendra aux syndicats pas assez dociles, aux associations qui lui déplaisent, comme le font déjà, à leur échelle, les municipalités Front national.

Les travailleurs conscients doivent rejeter le vote pour Marine Le Pen ! Mais Macron, cet ancien banquier ministre, est tout aussi un ennemi de la classe ouvrière que Marine Le Pen. Malgré la brièveté de son passage au gouvernement, il a eu le temps d’en faire la preuve avec la loi qui porte son nom et qui étend le travail du dimanche et avec la loi El Khomri qu’il a voulu plus dure encore. Pour ma part, je voterai blanc en donnant à mon vote le sens d’un rejet de Marine Le Pen sans cautionner Emmanuel Macron. Les idées que nous avons semées aujourd’hui trouveront leur signification lorsque le monde ouvrier se mettra en mouvement pour refuser l’insupportable.

Nos résultats en France, en Martinique et en Guadeloupe.


Martinique : Grève victorieuse au Centre hospitalier de Fort-de-France

ZoomÀ l'hôpital Pierre Zobda Quitman, la direction faisait miroiter l'ouverture du « Nouveau plateau technique » comme devant améliorer les conditions de travail du personnel. Il a fallu déchanter. L'éloignement de certains services, l'improvisation des nécessaires rapports entre eux et l'éternel manque de personnel a eu l'effet contraire. Une colère justifiée est montée et s’est finalement exprimée.

Partie du personnel de Réa, Sipo (soins intensifs post-opératoires) et soins intensifs neuro le jeudi 6 avril, la grève s’est ensuite étendue à la chirurgie cardiaque, la neurologie, la neurochirurgie et la chirurgie rachidienne. Les agents revendiquaient surtout de travailler dans de bonnes conditions, sans les bouleversements intempestifs de leurs plannings qui ont des conséquences sur leur vie familiale.

Très décidés et déterminés, ils ont pu garder leur mouvement en main, de l’élaboration de leurs revendications à la fabrication de leurs banderoles et la rédaction des tracts. Ils ont eu le soutien des syndicats tout en gardant la maîtrise de leurs actions. Il y a donc eu le 7 avril la marche blanche des infirmiers, aides-soignantes, agents de service hospitalier et assistantes médico-administratives.

Le 10, c'étaient les barrages filtrants à l’entrée de l’hôpital et le blocage de l’administration du niveau 1. Le 11 ont eu lieu des négociations avec la direction. Après 9 heures de discussions les grévistes ont obtenu  22 recrutements : 12 IDE (infirmières ou infirmiers diplômés d'État) et 10 AS (aides-soignantes) pour l’ensemble et les remplacements effectifs des longs congés.

C'est un premier succès, la grève a été suspendue et il faudra être vigilant quant à l'application effective des décisions. Par ailleurs les discussions doivent continuer le 19 avril sur les autres points.


Succès du repas de soutien à Combat Ouvrier

Cent vingt personnes, des camarades, des travailleurs pour la plupart, se sont retrouvées dans une ambiance fort sympathique.

Après le repas et l'allocution de Ghislaine Joachim-Arnaud, il y eut la projection d'un film sur le séisme d'Haïti. Il précédait un exposé intéressant sur les risques sismiques.
Les différents moments forts de la journée furent agrémentés par des prestations artistiques de Paulo Athanase et son groupe.
Une exposition sur la révolution ouvrière russe de 1917 fut aussi appréciée de beaucoup de camarades. Merci à tous ceux qui, par leur aide et leur présence, ont contribué au succès de cette manifestation annuelle. 


Bookmark and Share