Site

Journal/Sommaire du dernier CO n° 1175 du 8 avril 2017/Première page

Première page

ÉDITORIAL: Le samedi 22 avril, pour faire entendre le camp des travailleurs Votez Nathalie Arthaud !

Voter ne change pas le sort des travailleurs et des pauvres !

Ne pas voter, non plus ! Mais puisqu’élection il y a, profitons en au moins pour se faire entendre. En particulier, les travailleurs, les chômeurs, les plus pauvres de cette société dirigée et contrôlée par les capitalistes et les riches ont la possibilité de faire savoir leurs exigences.

C’est le sens de la candidature de Nathalie Arthaud. Pour combattre le fléau du chômage, il faut répartir le travail entre tous sans perte de salaire. Il faut interdire les licenciements à commencer par les entreprises qui font des profits.

Pour arrêter la dégradation de notre niveau de vie, il faut augmenter les salaires et les pensions d’au moins 300 euros. Personne ne peut vivre correctement avec moins de 1800 euros net par mois. C’est un minimum pour ne pas tomber dans la déchéance.

L’argent public doit aller aux services publics utiles à la population. Les milliards dilapidés par l’État en cadeaux au patronat devraient servir pour les hôpitaux, les écoles des quartiers populaires, pour des transports publics de qualité.

Pour mettre fin aux malversations des grandes entreprises, il faut abolir le secret des affaires. Les travailleurs auront ainsi de quoi savoir quelle est la richesse accumulée par le patronat sur leur travail. Et ainsi se rendre compte que l’emploi, les services publics dont la Santé pourraient être améliorés avec ne serait ce qu’une partie des profits réalisés par les capitalistes.

Macron, Fillon, Hamon, Le Pen et même Mélenchon ne veulent pas taxer les riches capitalistes. Au contraire, ils veulent leur enlever toute contrainte pour leur permettre d’exploiter des travailleurs tranquillement. Ils veulent pour eux, des zones franches, des subventions, des milliards, comme a fait Hollande alors qu’ils n’embauchent pas.

Heureusement, bien des luttes, bien des grèves montrent que les travailleurs se battent. Aujourd’hui c’est en Guyane qu’ils nous montrent le chemin en luttant pour de meilleures conditions de vie. Mais le camp des travailleurs en lutte a intérêt aussi à se manifester sur le plan politique. Et cela passe par la prise de conscience de classe des travailleurs et des pauvres, la prise de conscience de leurs intérêts de classe. C’est le chemin qui les conduira à une force politique indépendante à construire.

Voter Macron, Fillon, Le Pen, Mélenchon ou Hamon ne sera pas une manifestation d’un vote de classe ouvrière. Voter pour eux, ce serait voter contre son camp, pour leur classe à eux. Voter pour ceux qui cherchent à nous briser les reins pour enrichir les intérêts des capitalistes et des riches. Par contre, voter pour faire entendre le camp des travailleurs sera déjà un début de la manifestation de cette prise de conscience de classe.

VOTEZ NATHALIE ARTHAUD.
VOTEZ POUR FAIRE ENTENDRE LE CAMP DES TRAVAILLEURS avec Lutte ouvrière et Combat Ouvrier, avec Ghislaine Joachim-Arnaud, Jean-Marie Nomertin, et tous leurs camarades !


Guadeloupe ROM : Grève victorieuse contre une ordure de patron

La société ROM (Ramassage des ordures ménagères) est dirigée par un patron voyou, Camille Vaïtilingon. Pendant des années, il a obligé les salariés à bosser de 22h à 12h le lendemain, sans payer les heures supplémentaires. Il se permettait aussi de les traiter de « ti négrillon, ti chyen » ! Après une première grève en janvier, les travailleurs ont refait grève du 19 au 25 mars pour faire cesser cette dictature ! Le samedi 25, les employés ont fait céder le patron. Il a versé entre 2 400 et 2 800 € aux travailleurs et versera au total 6 000 € pour rattraper les salaires incomplets depuis 2014. Malgré les provocations de vigiles et les intimidations des gendarmes, les travailleurs se sont fait respecter face à un patron dictateur. Woulo ba yo !


Les travailleurs de l’ARS en grève pour améliorer leurs conditions de travail

Les salariés de l’Agence régionale de santé (ARS) sont entrés en grève le mardi 28 mars. Ils ont bloqué les sites de Dothémare aux Abymes, et de Bisdary à Gourbeyre.

Les grévistes dénoncent la souffrance au travail, qui touche de nombreux agents. Ils protestent aussi contre le manque de respect de la direction, le favoritisme dans le recrutement et la discrimination envers un cadre empêché d’accéder à un poste à responsabilités. Les agents ressentent un manque de considération du directeur de l’ARS, Patrice Richard. Il a décidé depuis juillet de réorganiser les services, sans consulter les agents des « petites » catégories (B et C), rabaissés ainsi au rang de simples exécutants.

Soutenus par six syndicats (CFE-CGC, FO, SNASS-CGT, UNSA, UTED-UGTG et UNASS-UGTG), les travailleurs ont contraint la direction à entamer des discussions. Ils ont obtenu de premières avancées, avec notamment la création d’un pôle médico-social pour aider les agents en souffrance.


Centrale EDF Jarry : Une vraie machine à profits !

Le directeur d’EDF PEI (la filiale d’EDF qui gère les centrales électriques de la Corse et des départements d’outre-mer), est venu en Guadeloupe récemment pour dire aux travailleurs que les salaires et les primes seront gelés. Le directeur a tenu un discours complètement contradictoire : « économiquement tout va très bien, vous réalisez de très bonnes performances, mais financièrement ça ne va pas, il faudra se serrer la ceinture ».

En réalité, ces difficultés financières n’existent pas. C’est une invention de la direction pour ne pas augmenter les salaires. Rien qu’en Guadeloupe, EDF PEI a fait un million de bénéfices par salarié en 2016. Si ces profits étaient justement répartis, ça ferait 83 000 € par mois pour chaque travailleur !

Les travailleurs doivent exiger la levée du secret concernant les comptes des grandes entreprises : une fois qu’on connaît les chiffres, on voit bien que c’est à cause de la rapacité des patrons que les fins de mois des travailleurs sont difficiles !


Bookmark and Share