Site

CO de 2017/CO n° 1169 du 14 janvier 2017/Première page

Première page

Editorial: À l’aube du nouvel an : Contre un système impitoyable une seule solution, la lutte collective des exploités

ZoomVendredi 6 janvier, un jeune migrant Malien de 16 ans, Denko Sissoko, s’est suicidé en se jetant du 8éme étage du foyer d’où il allait être chassé, en France. Parti du Mali, Il était arrivé en France en octobre 2016 en passant par la Lybie et l’Italie.  

Il a vécu un an et demi en Italie et a pu réunir l’argent nécessaire pour se rendre en France, ce qui était son rêve. Il a attendu ensuite deux mois et demi à Châlons dans les services de protection de l’enfance qui lui ont signifié que sa minorité n’était pas reconnue et qu’il ne serait pas pris en charge. Il l’a appris la veille du suicide. Ne sachant où aller il est resté au foyer. Alors Denko n’a pas supporté l’imminence d’une interpellation policière et désespéré s’est donné la mort. Il n’était ni malade, ni drogué, ni fou. Ce suicide illustre bien toute la cruauté de l’administration française. Mais il illustre aussi celle de tout un système. Le Mali est une ancienne colonie de la France, comme beaucoup d’autres. L’exploitation de ses ressources et de son peuple a permis aux sociétés françaises de réaliser de juteux profits qui ont enrichi la bourgeoisie française tout en maintenant dans l’exploitation et la pauvreté de millions d’hommes et de femmes.

Ce sont les serviteurs politiques de cette bourgeoisie qui envoient leurs armées, leurs avions bombarder au Mali, en Syrie, en Lybie, en Irak, en Centrafrique pour sauvegarder les intérêts des grosses sociétés capitalistes. Pour le pétrole, l’or, les diamants, les métaux précieux, les richesses de ces pays, les grandes puissances n’hésitent pas à armer une faction contre l’autre, à soutenir les pires dictatures. Et ceux qui fuient les guerres et la misère, préférant même prendre le risque de mourir ainsi plutôt que de vivre l’enfer dans leurs pays, se voient rejetés en Europe, quand ils ne se sont pas noyés par milliers en Méditerranée dans l’indifférence des puissances européennes. Pire : la propagande anti migrant distillée quotidiennement par le Front national en France et les partis d’extrême droite racistes en Europe, par la droite des Sarkozy et des Fillon avec la complicité de la gauche, viennent renforcer les murs de pierre et le mur de haine qui se dressent contre ces damnés de la terre qui luttent pour leur survie. Il y a quelques années deux lycéens de Guinée, autre ex colonie française, fuyant la misère, avaient été retrouvés morts, gelés, dans le train d’atterrissage d’un avion arrivé à Orly. Une lettre de désespoir, poignante, adressée au président de la république française avait été trouvée dans l’une des poches de ces jeunes.

Beaucoup plus près de la Guadeloupe et de la Martinique, nos frères d’Haïti se noient aussi par dizaines dans de frêles embarcations pour fuir la misère extrême qui sévit dans leur pays. Et ici aussi, bien trop de gens les méprisent les maltraitent et leur font endosser toutes sortes de méfaits à tort. Ils sont enhardis par des gens du Front national local, ou autre Nofwap en Guadeloupe qui distillent leur haine à longueur de temps pour tenter de se faire une audience politique sur les sentiments les plus vils qui hélas existent chez bon nombre de gens victimes eux aussi de la pauvreté et de l’exploitation.

Mais ces derniers doivent savoir que les partis et leurs dirigeants anti migrants et racistes sont forcément des ennemis des travailleurs et des pauvres. Ceux qui poussent au suicide les travailleurs de la Poste et hier ceux de France télécom sont les mêmes qui ont poussé Denko au suicide.

Ce sont les mêmes profiteurs du système capitaliste et leur administration qui n’ont que faire de la vie des exploités pourvu que les caisses des capitalistes se remplissent au maximum. Alors, en ce début d’année nouvelle, il faut souhaiter que les luttes des travailleurs et des exploités contre ces suceurs de sang se renforcent notablement, car elles seules permettront de modifier la donne.  


Martinique: Ceux qui sèment des illusions et ceux du camp des travailleurs

ZoomÀ gauche, côté PPM, à quelques jours des primaires de la gauche en France, un comité de soutien à Manuel Valls a été créé par Serge Letchimy. Il en est le président. Ce dernier considère que Valls est le « meilleur pour résister » à la droite et à l’extrême droite.  

Font aussi partie de ce comité : Nestor Azérot, le maire de Ste Marie et député du Nord, Louis-Joseph Manscour sénateur du parti socialiste, Arnaud René-Corail, maire des Trois-Ilets, et encore Eugène Larcher, président de la Communauté d’ Agglomération de l'Espace Sud Martinique, accompagnés de tous les élus PPM en rang serré.

Pour la droite sarkoziste ou L.R (les républicains), le mouvement dirigé par le capitaliste Yan Monplaisir vice-président de la CTM (Collectivité Territoriale de Martinique) s’est positionné main dans la main avec le centre pour soutenir François Fillon, de la droite extrême, à l’élection présidentielle.

Alfred Marie-Jeanne, dirigeant du MIM « Mouvement indépendantiste martiniquais » et du Gran sanblé, lui, a présenté les candidats du MIM pour les législatives. Ils soutiendront aux législatives Jean-Philippe Nilor dans le Sud et Francis Carole du Palima (Parti pour la libération de la Martinique) à Fort-de-France. Pour ce qui concerne la circonscription du Centre Atlantique le mystère reste encore entier. Alfred Marie-Jeanne, lui, ne se représentera pas. Il préfère rester au poste de président du conseil exécutif de la CTM. Mais il a déjà décidé qu’il soutiendrait Fabrice Dunon, membre du Gran sanblé lors de précédentes élections, concurrent à d’éventuels candidats bien estampillés MIM.

Il faut noter aussi le retour de Josette Manin du groupe Bâtir le pays Martinique, proche du PPM, ex présidente du Conseil général. Elle est candidate dans le Centre Atlantique, pour l’alliance « Ensemble pour une Martinique Nouvelle ». Elle saisit l’opportunité que Marie-Jeanne ne se représente pas pour tenter d’arracher le poste de député dans cette circonscription. Les voilà tous ces hommes et femmes politiques qui encore une fois vont semer des illusions au sein de la population. Car de gauche comme de droite ou indépendantistes, ils ont tous montré que d’une manière ou d’une autre ils étaient les serviteurs du patronat et de la bourgeoisie.  

Il faut donc dans ses élections que les travailleurs, les exploités avancent leur propre politique. Pour cela, ils auront la possibilité de voter pour leur camp, pour la liste « Faire entendre le camp des travailleurs » représentée par les communistes révolutionnaires de Lutte Ouvrière de Nathalie Arthaud pour les présidentielles et par les candidats de Combat Ouvrier aux législatives : Ghislaine Joachim Arnaud, Alex Duféal, Gabriel Jean Marie, Marie Hélène Marthe-dite-Surelly.


Communiqué contre la venue en Guadeloupe de Marine Le Pen

Marine Le Pen envisagerait de venir en Guadeloupe et Martinique en mars 2017 dans la perspective des élections présidentielles françaises de mai 2017 : ce ne sont plus des rumeurs persistantes, mais des intentions formulées, il y a quelques jours, par la Présidente du Front National elle-même.
Bien entendu, cette dernière tâte le terrain, après ses déplacements dans les confettis de l’empire colonial français, et estime qu’elle ne peut négliger les réservoirs de voix que représentent à ses yeux la Guadeloupe et la Martinique. Mais elle a aussi en tête les déboires de son père Jean-Marie Le Pen en Martinique et Guadeloupe, et les fins de non recevoir que nous lui avons opposées il y a deux ans ! Nous, signataires du présent communiqué, affirmons, tout net, qu’en dépit de ses envies pressantes, Marine Le Pen, porte-parole et candidate de la xénophobie et du racisme en France, ne parlera pas en Guadeloupe. Elle tient en apparence un discours social, mais en réalité elle défend une idéologie d’exclusion.
Sa venue, en mars 2017 dans notre Pays, constituerait une grave provocation, puisque notre Peuple va célébrer cette année, le 50ème anniversaire des actes racistes ayant entrainé des émeutes populaires à Basse-Terre, ainsi que le 50ème anniversaire des massacres de l’armée française en mai 1967 à Pointe-à-Pitre !
Les Organisations, Personnalités et Artistes signataires du présent communiqué lancent déjà cette mise en garde dans l’urgence, sachant qu’elles vont être rejointes dans les prochains jours par d’autres, qui s’exprimeront à leurs côtés, dans le cadre d’une Conférence de presse qui se tiendra le lundi 16 janvier 2017 à Pointe-à-Pitre. Non, Marine Le Pen, ne viendra pas en Guadeloupe répandre son discours de haine et d’exclusion ! Non ! Marine Le Pen péké palé an péyi an nou...

Les organisations signataires : Alliance Pour La Guadeloupe, CIPPA, CIPN, Combat Ouvrier, FKNG !, Rebelle !, UPLG

Personnalités signataires : Jean-Jacob Bicep (ancien député européen) Artistes : Keros ! N Daly ! Pond2mik ! Bwana ! C4 ! Lil Low! Lyrrix ! Gambi G ! Walton ! Nicy ! Datcha Dollarz ! Silverman ! Zebrist ! Ti Chö ! Guetto Intello ! Arsonist !

Pour les signataires Luc Reinette Contacts : 0690 160709


ERRATA 

1) Dans notre dernier numéro, dans un article sur la primaire du PS français, nous avons écrit de fausses dates. Les vraies dates sont le 21 et le 28 (on vote le samedi aux Antilles) et le 22 et le 29 janvier en France.
Cet erratum n’est pas une incitation particulière à aller voter pour ces serviteurs de « gauche » du patronat, mais juste pour corriger une erreur.  

2) En page de notre dernier numéro nous avons écrit en page un, « il y a 50 ans la bataille d’Alger. » C’était il y a 60 ans.


Bookmark and Share