Site

Archives de CO/CO de l'année 2016/CO n° 1164 du 22 octobre 2016/Quatrième page

Quatrième page

La loi sur l’égalité réelle en outre-mer votée à minima

Mais plusieurs des 35 recommandations annoncées dans le rapport Lurel sont pour le moment sous le boisseau. En cette période pré-électorale, il ne faut pas mécontenter les populations de l’outre-mer qui avaient massivement voté pour Hollande en 2012. Pour les faire passer, la loi votée prévoit un plan de « contrats de convergence » à long terme -10 à 20 ans - entre État et collectivités locales d’outre-mer. Ce sera le cas pour un nouveau Smic : le Smic régional, donc plus bas, ou l’extension de la zone franche, sans charges sociales, à tout l’outre-mer pour le grand bénéfice des patrons. Il est possible que des décrets d’application suppriment aussi l’abattement de 30 % sur les impôts, les 40 % des fonctionnaires et autres primes de vie chère. Il faut s’attendre à de nouvelles aides au patronat prévues dans le projet d’égalité réelle, outre celles au BTP votées le 11 pour la construction de logements sociaux.


Guadeloupe : Le chômage et la précarité s’étendent aux diplômés

 Les derniers chiffres du chômage ont été publiés il y a deux mois. Fin août, le nombre de demandeurs d’emploi s'établissait à 69 800 soit une augmentation de 1,4 % sur un mois. Le chômage des jeunes de moins de 25 ans a augmenté de 5,2 % sur les trois derniers mois ! S’il fallait prendre en compte dans les chiffres officiels tous les chômeurs et précaires qui ne sont pas inscrits ou ont été rayés de Pôle Emploi, les chiffres auraient été bien plus élevés. Il est vrai que plus on est qualifié, plus on a de chances de trouver un emploi. Mais selon les chiffres de l’Insee et de la Caf, 40 % des diplômés de l’enseignement supérieur sont au chômage ou occupent des emplois sous-payés par rapport à leur qualification. Diplôme ou pas, l’exploitation et la précarité s’aggravent.


Guadeloupe : Mobilisation de l’UGTG

Le 18 octobre, l’UGTG, le syndicat indépendantiste de Guadeloupe a lancé une série de grèves dans différents secteurs : santé, Pôle emploi, mairies et autres collectivités, stations-service, et dans d’autres entreprises. Plusieurs regroupements importants ont eu lieu à Basse-Terre, devant la mairie, à Pointe- à-Pitre devant le CHU. Plusieurs stations-service étaient fermées et entourées de pneus. Des piquets de grève y étaient vigilants.


Dans les entreprises

L’Écho de Pôle emploi (Guadeloupe)
Tous en grève le 18 octobre 2016 Quatre organisations syndicales de Pôle emploi Guadeloupe lancent un appel à la grève, le 18 octobre 2016. Les problèmes s’accumulent à Pôle emploi, de la dégradation de nos conditions de travail à l’inefficacité criante des actions pour aider les demandeurs d’emploi. Il est temps que nous refusions de subir passivement ces régressions.

L’Écho des hôpitaux (Martinique)
Clarac - Archives : Coup de colère Chariots métalliques à pousser en montée, locaux inadéquats avec, malgré les désinfections, des ravets, bêtes à mille pattes, poussières et moisissures, sans climatisation ni aération. À cela s’ajoutent le sous-effectif et un auto-remplacement systématique. La coupe est pleine par ces conditions de travail inacceptables et les collègues ont débrayé récemment. Et ils ont eu bien raison de le faire !

Chantiers en lutte (Martinique)
Bâtiment : Des patrons radins comme d’habitude…. On les avait vus avec leur cinéma avec leur fameuse « table ronde » pour faire croire à la population qu’ils se battaient pour « préserver l’emploi dans le BTP ». Aujourd’hui, les capitalistes du bâtiment montrent leur vrai visage. Ces messieurs ne veulent accorder aux ouvriers que 2 centimes d’augmentation de salaire horaire dans le cadre des commissions paritaires sur les négociations salariales. Une vraie insulte. …Qui méritent bien une réponse Face à cette situation, des militants ouvriers du BTP ont décidé d’organiser des tournées de chantiers pour sensibiliser et appeler le maximum d’ouvriers du BTP à se mobiliser durant la première semaine d’octobre. C’est l’occasion pour nous, ouvriers du bâtiment, de nous préparer à répondre à cette insulte. Déjà les premières réactions des ouvriers se font entendre Pour certains : « C’est inadmissible, pour qui les patrons nous prennent-ils ? ». Pour d’autres « On en a marre de se faire exploiter ainsi. La vie devient de plus en plus difficile ». Partout où nous passons c’est la même réaction. Les ouvriers qui nous écoutent avec attention et nous parlent des difficultés qu’ils rencontrent durant leur vie professionnelle. Jusqu’au jour où leur colère finira par exploser.

L’Écho de l’aéroport (Guadeloupe)
Protect company : la « chimie organique » n’est pas toujours un progrès ! Au poste sud qui contrôle l’accès à la plateforme, la SAGPC a semble-t-il l’intention de bâtir une centrale électrique, tout près de celle de l’Aviation civile. On a donc fermé la petite guérite qui comprenait les toilettes. Elle a été remplacée par des toilettes provisoires équipées d’un WC chimique. Pour couronner le tout, l’endroit n’est pas éclairé ! À quand l’installation d’une « katich » en bord de piste ? L’encadrement de la SAGPC devrait tester le matériel qu’il installe, ça lui donnerait de meilleures idées !


Présidentielles aux USA : un mauvais show !

 Le 8 novembre prochain aura lieu l’élection du président des États-Unis pour quatre ans.  

Deux candidats représentants les deux grands partis du pays s’affrontent. D’un côté Hilary Clinton, épouse de l’ancien président Bill Clinton, est soutenue par le Parti démocrate et le président sortant Barack Obama. De l’autre côté, Donald Trump, un homme d’affaires milliardaire, représente le Parti républicain. Certains propos xénophobes, racistes et sexistes de Trump durant la campagne ont plusieurs fois fait polémique. Il a par exemple dit qu’il faudrait interdire aux personnes de religion musulmane de rentrer aux États-Unis. La semaine dernière un enregistrement de lui tenant des propos obscènes et dégradants envers les femmes a été diffusé.

La grossièreté de Donald Trump n’est pas un « dérapage ». Il se veut le porte-parole d’une fraction de la bourgeoisie américaine, milliardaire comme lui, et d’une frange de la population américaine riche ou pas mais tout aussi raciste, sexiste et anti-ouvrière que lui. Le crédo réactionnaire de Trump donne plus de crédit à Hilary Clinton par défaut et pousse certains électeurs à la soutenir. Les Noirs américains qui votent le font en général pour le Parti démocrate. Beaucoup d’entre eux, croyant naïvement que Barack Obama aurait changé le sort des Noirs, déchantent aujourd’hui. Huit ans après, rien n’a changé ni pour les Noirs ni même pour les pauvres du pays, bien au contraire. Une majorité des électeurs Noirs votera encore une fois démocrate. Pourtant, ce sont eux qui payent la crise provoquée par les capitalistes américains..

Cela fait plus d’un siècle que partis démocrate et républicain se succèdent à la tête de l’État capitaliste le plus riche du monde. Ces politiciens représentent et défendent les intérêts des capitalistes américains pas ceux de la population laborieuse. Cette dernière n’a donc rien à attendre ni d’un Trump, ni d’une Clinton.


Bookmark and Share