Site

Archives de CO/CO de l'année 2016/CO n° 1157 du 18 juin 2016/Deuxième page

Deuxième page

Guadeloupe Communiqué de presse Halte à la dictature des promoteurs immobiliers !

Nous publions ci-dessous un communiqué de presse reçu d’un groupe d’habitants du quartier Chauffour-Morne Torudu aux Abymes.
Quatre-vingt-dix logements ont été construits à Chauffour (Abymes) par la SCI Thybrum en 2013. Suite à un refus de servitude du voisinage, les promoteurs ont, une fois de plus, décidé de manière unilatérale, et avec mépris, de procéder à un passage en force sur des terrains privés, pour l’installation de l’assainissement des eaux usées. Le Collectif de Résistance du Morne Torudu exige :
- L’arrêt immédiat et sans délai des travaux illégaux ;
- Une rencontre et un tour de table avec les promoteurs, le maire de la Ville des Abymes et le Collectif.
Pour le respect des droits de propriété des citoyens ! Soutenons deux membres du Collectif assignés devant le tribunal de Pointe-à-Pitre vendredi 10 juin 2016 !
Le Collectif de Résistance du Morne Torudu Les Abymes, le 14 juin 2016 0690 23 75 79


Manifestations contre la loi travail

Guadeloupe Manifestations contre la loi travail: Mobilisation des travailleurs de la CGTG

Aimé Césaire jeune tel qu’à l’époque où il fut le rapporteur de la loi de départementalisationLe mardi 14 juin, plusieurs centaines de travailleurs ont défilé dans les rues de Basse-Terre pour manifester contre la loi travail. De nombreux travailleurs de la banane étaient présents mais aussi ceux du commerce, du CHU, des entreprises de Jarry et d’autres entreprises. L’après-midi ils devaient aller aux prud’hommes à Calebassier pour soutenir les camarades de l’habitation Bois-debout à Capesterre-Belle-Eau. Ces derniers réclament notamment d’être payés par le patron pour les jours où ils s’étaient mis en droit de retrait, en 2014. Ils fuyaient ainsi les blessures, voire la mort dues aux très mauvaises conditions de travail


Martinique Manifestations contre la loi travail: Manifestations à Fort-de-France

En Martinique, des mobilisations se sont déroulées, les 13 et 14 juin, contre le projet de loi El Khomri. La première a vu quelques centaines de travailleurs défiler le matin dans Fort-de-France à l'appel de FO, CDMT, CGTM-FSM, UNSA. La CSTM était aussi présente. Des manifestants se sont ensuite rendus en appui aux travailleurs en butte à l'arbitraire patronal à la SARA, à la Galleria, à Fontaine Didier, etc.
Le lendemain, c'est-à-dire le même jour que la manifestation nationale en France contre la loi travail, un nombre comparable de travailleurs s’est regroupé, le matin, à la Maison des Syndicats. Pour mettre en cause symboliquement le patronat qui a inspiré le projet de loi, une forte partie des salariés présents se sont portés, à l'appel de la CGTM, sur des zones d'activité. Des barrages ont été mis en place vers l'incinérateur de Dillon en grève, vers Renault dans la zone de la Lézarde, etc. Les participants à toutes ces actions peuvent être fiers d'avoir exprimé et montré au grand jour le mécontentement du monde du travail.


France manifestations contre la loi travail

En France plusieurs dizaines de milliers de manifestants ont défilé dans plusieurs villes contre la loi travail. À Paris, Marseille, Rennes notamment des milliers de manifestants ont crié leur colère contre cette loi anti ouvrière.  
La CGT avait appelé à une manifestation parisienne d’un million de personnes. La manifestation était certes dynamique et très importante, mais ce chiffre n’a probablement pas été atteint. Quoiqu’il en soit, ces manifestations démontrent une fois de plus qu’une bonne partie de la classe ouvrière et des classes populaires ne veut rien lâcher. Des milliers de travailleurs entendent poursuivre la lutte pour le retrait de la loi El khomri. Et cela est d’autant plus nécessaire que le Sénat a décidé de revenir sur des clauses dont la suppression avait été exigée par les syndicats et acceptée par le gouvernement. Il veut par exemple en finir avec les 35h et revenir aux 39 h, faciliter encore plus le licenciement économique et augmenter le temps de travail des apprentis.
Voilà donc de quoi faire durer la contestation et augmenter la colère des travailleurs. De nouvelles mobilisations sont donc plus que nécessaires.


Loi El Khomri : Quelques exemples d’un projet scélérat !

Le projet de loi El Khomri est un projet de loi anti ouvrier et pro patronal. Il a été dicté au gouvernement par les grands patrons du Medef.  
Il prévoit par exemple que l’accord d’entreprise prévaut sur l’accord de branche, et même sur le Code du travail, que le taux de majoration des heures supplémentaires pourra être seulement de 10 % au lieu de 25 et 50 %. La visite médicale tous les six mois pour les salariés de nuit sera supprimée. Les indemnités décidées par le tribunal des prud’hommes en cas de licenciement par exemple seront désormais plafonnées. Le projet de loi prévoit plus de motifs légaux de licenciement économique. Il dit encore que pour qu’un accord d’entreprise soit validé, il faudra qu’il soit signé par des organisations syndicales qui représentent au moins 50% des salariés. Les petites et moyennes entreprises, les PME de moins de 50 salariés pourront aussi proposer à leurs salariés de passer au forfait-jour c’est à dire de travailler plus, voire beaucoup plus que les 35 h et cela, même sans accord collectif. La durée maximale de travail par jour est aujourd’hui fixée à 10 h. Le projet prévoit de porter cette limite à 12 h. La durée maximale de travail hebdomadaire aujourd’hui fixée à 48 h pourra être portée à 60 h.

Ce projet de loi est une vraie déclaration de guerre à la classe ouvrière. Si nous ne forçons pas l’État à le retirer, il fera reculer les conditions de travail de la classe ouvrière, de près d’un siècle.