Site

Archives de CO/CO de l'année 2016/CO n° 1155 du 7 mai 2016/Quatrième page

Quatrième page

Guadeloupe : Succès de la fête de Combat ouvrier

ZoomLa ville de Damas après les bombardements français de 1925.La fête de Combat ouvrier 2016 a été un succès. Plus de 400 personnes dont une majorité de travailleurs se sont retrouvées avec sympathie sur le site champêtre de « l’Arche » à Baie-Mahault. Plusieurs jeunes des lycées et de l’université étaient aussi présents dont des lycéens grévistes récents contre la loi El Khomri.

Ils ont pu apprécier les « tanbouyé » et chanteurs qui au son du gwo ka ont ouvert la fête, puis le groupe musical autour de Loïc Emboulé. Les représentants des organisations présentes ont chacun fait une courte déclaration : le Parti de Gauche, SOS Basse-Terre-Environnement (or-ganisation écologiste), la CGTG, une jeune militante de l’équipe du journal lycéen et étudiant Rebelle !, un militant de Combat Ouvrier animateur de Rebelle ! et Danielle Diakok, notre porte- parole. Puis, une Internationale reprise avec enthousiasme par de très nombreux participants transporta l’assistance.

Les organisations présentes tenaient aussi un stand sur l’aire de la fête, dont nos camarades ouvriers agricoles des plantations de banane de Capesterre-Belle-Eau. Après le bon repas, ceux qui voulaient danser ont pu le faire et d’autres sont allés écouter l’exposé-débat de Combat ouvrier : « Quelle politique pour les travailleurs face aux attaques et à la crise ».

Ensuite l’exposé avec support visuel sur la révolution scientifique d’Einstein il y a tout juste un siècle rassembla aussi beaucoup de monde. Notre camarade exposant a pu expliquer simplement le principe de la relativité à un public divers. Selon les dires des uns et des autres cet exposé fut très bien reçu. À 20h ce fut la clôture. Tous étaient tristes de se séparer mais contents d’avoir passé un bon moment ensemble. Encore une fois, cette fête traditionnelle a été fidèle à sa réputation : bonne humeur, camaraderie, ambiance festive, politique et culturelle ! Et maintenant cap sur la fête 2017 !


Guadeloupe : Tous en grève le jeudi 12 mai 2016

Le 12 mai prochain les travailleurs sont appelés à la grève pour exiger le retrait de la loi El Khomri. Cette grève est appelée par huit organisations syndicales : CGTG, FO, FSU, Solidaires, SPEG, Sud PTT-Gwa, UGTG et UNSA. C’est le premier mouvement unitaire qui aura lieu en Guadeloupe depuis le début de la mobilisation contre cette loi.  

Pour le 12 mai, un grand nombre d’organisations syndicales appellent à la grève pour dénoncer les attaques patronales et de l’État. Il s’agit de continuer la mobilisation du 1er mai et d’appeler tous les travailleurs, les jeunes, les chômeurs, les retraités et tous ceux qui luttent, à faire grève et à manifester dans les rues de Pointe-à-Pitre pour demander le retrait de cette loi qui est un retour en arrière sans précédent.

Attaque en règle
Les patrons veulent une loi qui leur permettra de licencier à leur guise, d’augmenter le temps de travail qui passera de 35 heures à 42, 48 voire même 60 heures par semaine et en diminuant le montant de la majoration du paiement des heures supplémentaires. 
Cette loi est une attaque en règle contre les missions des inspecteurs du travail et des médecins du travail qui permettaient de mieux protéger les travailleurs. Les patrons auront les mains libres pour faire ce qu’ils veulent et en plus la loi permettra de plafonner les indemnités de licenciement, de faciliter les licenciements économiques.

Cette « loi travail » est la continuité des attaques subies avec l’ANI (accord national interprofessionnel) en 2013, les lois Rebsamen en août 2015, Macron en septembre 2015. On veut nous faire croire qu’en facilitant les licenciements on créera plus d’emplois !

Combat ouvrier s’associe à l’appel des organisations syndicales afin que cette journée soit un véritable succès. Un rassemblement est prévu le 12  mai à 9h30 devant le palais de la Mutualité à Pointe-à-Pitre.  


Dans les entreprises

Écho de Pôle emploi

Agence de services spécialisés : démantèlman san manman !
Le directeur passe-partout de Pôle emploi a tenu une réunion avec les collègues de l’A2S. À l’issue, c’est toujours l’incertitude pour beaucoup de collègues. Ceux qui devront obligatoirement se rendre en agence sont complètement déboussolés car rien n’annonçait de tels bouleversements. Il nous reste une carte pour nous défendre : celle de la solidarité !

Chefs payés à ne rien f...
Pour certains conseillers dédiés à l’entreprise, c’est la galère. Ils se retrouvent en difficulté car comme d’habitude à Pôle emploi, les contours de leurs missions ne sont pas explicites. Mais pour nos chefs, c’est encore trop demander que de nous fournir des fiches de fonction précises.
La technique moderne au service de la division Jules César a encore frappé !
Cette fois-ci, en réponse aux revendications des collègues conseillers dédiés aux entreprises, il a organisé une réunion en visioconférence. Comme s’il ne pouvait pas nous réunir tous comme nous lui avons demandé, pour qu’on puisse s’exprimer.

Tini kouri, tini las
La raison avancée pour organiser une réunion en visioconférence, c’était de traiter sans attendre les problèmes, mais les plus conscients d’entre nous ne sont pas dupes. Pour Jules c’est bien plus facile d’essayer de nous isoler plutôt que nous soyons ensemble dans une salle où nous pourrions discuter entre nous. Pa enkièt, chak cochon ni sanmdi a yo !  

Écho des Télécom Orange :
main basse sur l’Afrique !
Orange poursuit son implantation en Afrique. Il vient de s’installer au Liberia et consolide sa présence en République démocratique du Congo. Pendant que les peuples de ces pays meurent de faim, de malnutrition et sont victimes des guerres entre clans, Orange réalise ses profits sur la surexploitation de nos frères de classe africains.

Du sang sur Orange !
C’est au Congo que des mineurs, dont beaucoup d’enfants, meurent régulièrement pour aller chercher le coltan et la cassitérite, minerais rares nécessaires aux téléphones portables. Et tout cela pour les plus grands bénéfices des multinationales comme Orange, pour les plus grands bénéfices des actionnaires qui vivent bien tranquillement dans les pays riches d’occident.

Bientôt une nouvelle banque avec le fruit de notre travail :
Orange Bank L’ex-France Télécom, Orange, a officialisé avec Groupama, vendredi 22 avril, la reprise de 65 % de Groupama banque. L’assureur mutualiste va conserver 35 % du capital et une minorité de blocage. La filiale du mutualiste, qui compte 550 salariés basés à Montreuil, sera rebaptisée Orange Bank. La nouvelle banque vise les deux millions de clients. Pendant ce temps le groupe vise toujours moins d’employés dans les télécoms et nous assomme de travail sans augmentation de salaire.  

Pawol a travayè bannann SCA Dumanoir :
méfions-nous de la direction… La direction de la plantation persiste dans son attitude. Elle refuse d’admettre que la plantation va fermer, totalement ou non, dans un avenir assez proche. Ce qui menace nos emplois. Or le 12 avril, après le rassemblement au rond-point des Mineurs des camarades de la SA Bois Debout, des membres du Collectif du Petit Marquisat et des camarades de la SCA Dumanoir, une délégation des manifestants a été reçue à la Direction Générale des Services du Conseil général. Et là, on leur a appris qu’effectivement, la procédure concernant le changement d’affectation du barrage de Dumanoir était engagée. Ce qui signifie que les activités de la SCA Dumanoir vont s’arrêter dans un avenir assez proche.

… et préparons-nous à nous battre
Car si nous attendons sans agir, quand Cabre et Delacaze toucheront l’argent de leur terre, ils fermeront tout simplement leur plantation avec l’accord des autorités. Et ils ne nous verseront que de maigres indemnités pour cessation d’activités.

Jarry : Mort en essayant de gagner sa vie
Lundi 25 avril 2016, vers 14h, un ouvrier de 35 ans a perdu la vie dans un accident du travail. Cela s’est produit rue de La Chapelle à Jarry (Baie-Mahault). L'homme a été littéralement écrasé sous un chargement de bris de verre de plus de 2 tonnes. Les secours n’ont pu que constater le décès. Certains parleront peut-être de fatalité, mais c’est régulièrement, notamment à cause de la pression de la hiérarchie pour travailler plus vite, que des travailleurs perdent ainsi leur vie. C’est ni plus ni moins que criminel.  

L’Écho de l’Aéroport

Préavis de grève à Air France Guadeloupe Le personnel Air France de Guadeloupe proteste contre la politique d’automatisation à outrance menée aussi bien par la compagnie que par la société aéroportuaire (SAGPC). C’est en particulier le projet de DBA (dépose-bagages automatique) qui a fait déborder le vase, la direction AF prévoyant de supprimer 8 postes après sa mise en place. Le personnel a déjà subi de multiples suppressions d’emplois à cause des plans « Transform » et autres « Perform ».

Air France : oui à l’emploi, non à la déshumanisation du travail ! Les revendications sont donc claires : retrait des projets de dépose-bagages automatique, d’agence de vente unique, et de la sous-traitance de la piste. Ils demandent que l’emploi Air France soit maintenu en Guadeloupe, où le taux de chômage est de 60% chez les jeunes. Le préavis est déposé pour le 29 avril, une assemblée générale est prévue. Nous devons tous leur accorder notre soutien, ces revendications concernent la plupart d’entre nous sur la plateforme.

Air France, le PDG se sert largement Alexandre de Juniac, PDG d’Air France sur le départ, a surtout marqué son passage par la suppression de milliers d’emplois avec les plans Transform 2015 et Perform 2020. Pour justifier cela, il évoquait la nécessité de faire des sacrifices pour redresser les comptes de la compagnie.S uivant le principe « faites ce que je dis, ne faites pas ce que je fais », il s’est néanmoins copieusement augmenté en 2015. Son salaire est en effet passé de 645 000 € pour l’année 2014, à 1 062 000 € en 2015 ! C’est le même qui continue de demander des sacrifices aux pilotes et veut développer le « low-cost ». Pour les autres, bien sûr !

MSC (Chariots) : La SAGPC a fini par ouvrir un passage Depuis des années nous nous plaignons du fait que pour faire entrer les chariots dans la zone d’arrivée, le seul accès était une sorte de trappe d’environ un mètre de haut, où il fallait se baisser pour passer tout en poussant les chariots. Finalement ce mois-ci l’accès a enfin été agrandi. Mais entretemps, plusieurs collègues ont dû subir des arrêts de travail, voire cesser leur activité, pour des problèmes de douleurs lombaires. Et cet accès n’a pas arrangé les choses. Il ne faudra pas hésiter à le rappeler au niveau de la médecine du travail.  

L’Écho des hôpitaux (Martinique)

Usagers victimes des économies À compter de 17h-18h, il n’y a plus d’eau chaude pour les patients. Les chaudières ne sont pas fonctionnelles au-delà de cette heure. Donc plus vous tarderez à faire une toilette ou prendre une douche, plus elle sera froide. Rien de tel pour se revigorer…
Des réunions tous azimuts ! Du projet social au projet d’établissement, du règlement intérieur du CTE au fonctionnement des CAPL, les réunions avec les responsables se multiplient… Mais quand est-ce que nous salariés aurons notre mot à dire ?
Quelques mesures pour diminuer les risques sociaux Remplacez les départs à la retraite. Payez sans délai de retard les avancements, et les changements d’échelons. Appliquez les reprises d’ancienneté automatiquement. Arrêtez de modifier les plannings au pied levé.  


Annonce aux lecteurs

Nous ne serons pas en mesure de faire paraître le prochain numéro à la date prévue, samedi 21 mai 2016.
Le prochain numéro paraîtra donc le samedi 5 juin 2016. Avec nos excuses, recevez nos salutations. Le comité de rédaction


Bookmark and Share