Site

Archives de CO/CO de l'année 2016/CO n° 1154 du 23 avril 2016/Deuxième page

Deuxième page

Collèges de Petit bourg et Abymes, Les collégiens aussi participent au mouvement !

ZoomLes ouvrières manifestent à Petrograd (St Petersbourg) en 1917Les collégiens de Petit-Bourg et d’Abymes-Bourg se sont eux aussi mobilisés. À Petit-Bourg, tous les élèves se sont précipités à la grille lorsque la manifestation des lycéens est arrivée devant le collège. Certains ont rejoint le défilé animé par des musiciens. Les autres ont boycotté les cours pendant une heure pour profiter de cette « récréation géante ». Aux Abymes aussi, les collégiens ont refusé d’aller en classe, inspirés par l’exemple des lycéens.


LGT Baimbridge- Pointe-à-Pitre-Abymes: un prof d’histoire veut… qu’on oublie l’histoire

Le professeur voulait décourager ses élèves de faire grève. D’abord, il a expliqué que la loi travail était « une très bonne loi »… C’est normal : lui il a déjà un boulot et il gagne bien sa vie ! Ensuite, il a protesté contre la banderole des lycéens « on ne veut pas retourner en esclavage ». Pour lui il faut arrêter de parler de l’esclavage, c’est du passé. On se demande bien ce qu’il raconte dans ses cours « d’histoire » !


Lycée Charles Coëffin- Baie Mahault. Plus de 6 000 € par mois ? Normal que le proviseur soit contre la grève !

Lors de la manifestation devant le lycée, le proviseur Edmond Lanclas a voulu intimider des élèves grévistes. Une animatrice de Rebelle ! a alors rappelé aux élèves que ce monsieur gagne plus de 6 000 € par mois : s’il est contre la grève c’est que les riches défendent les riches ! Le proviseur s’est empressé de venir près du micro pour se vanter qu’il gagne en réalité bien plus que ça… Fier d’être payé aussi cher pour mentir et magouiller ? Les élèves l’ont tous sifflé et sont restés mobilisés.
Toujours pour intimider les lycéens, le proviseur a essayé de couper et d’arracher la banderole posée devant l’entrée. Il a eu tellement honte quand les jeunes ont tiré la banderole de ses mains, qu’il est rentré dans le lycée et n’est ressorti que plusieurs minutes après.
Pour se venger, il a ensuite voulu réprimer. Il a ciblé un élève et lui a mis trois jours de renvoi sous un faux prétexte. Face à la protestation de ses camarades, le proviseur a bafouillé et promis de réduire le renvoi à une journée. Mais en catimini, l’après-midi même, il a remis les trois jours. Et c’est ce genre de personnage qui fait la morale aux jeunes ?


Pointe-Noire : Un maire courtois, mais pas très utile !

Au LPO de Pointe-Noire, tous les élèves ont fait grève le 12 avril. Ils sont allés en manifestation à la mairie, où le maire Christian Jean-Charles les a reçus. D’autres lycéens – notamment à Petit-Bourg – n’ont pas eu droit à autant de considération. Mais ceux de Pointe-Noire ont vite été déçus : leur maire leur a expliqué… qu’il ne pouvait rien faire du tout ! Pas même dire aux députés de son parti de ne pas voter la loi ! Il ne faut pas s’étonner qu’à chaque élection de nombreux jeunes ne se déplacent pas.


Lycée de Providence- Abymes : Des profs qui ont peur de perdre leur pouvoir !

Beaucoup de profs s’opposent aux mobilisations des lycéens. Ils prétendent qu’ils perdent des heures sur leur programme, etc. Alors pourquoi se taisent-ils quand tous les jours, des classes perdent des heures de cours à cause des règles vestimentaires idiotes de l’administration ou de la vétusté du lycée (matériel, eau, électricité, …) ? En réalité, ces profs s’opposent à la grève des lycéens parce qu’ils ont peur de perdre leur petit pouvoir sur les jeunes qui se rebellent


Lycée Droits de l’homme, Petit-Bourg: Un proviseur « caïd » déchante.

Mécontent de la mobilisation de ses élèves, le proviseur du David Yoyotte a tenté de bousculer un animateur de Rebelle ! qui tenait une banderole. Mal lui en a pris. Il a été fermement repoussé et tous les élèves se sont moqués de lui. Eh oui ! Quand on a des petites manies de dictateur, aucun élève ne vous défend ! Le surlendemain, à Petit-Bourg, c’était au tour des gendarmes de tenter de s’en prendre aux animateurs de Rebelle ! Mais ils ont dû laisser tomber lorsque des centaines de manifestants se sont rassemblés autour d’eux pour les défendre.


Lycée de Port-Louis : Tout pour la réussite des élèves ? Mon œil !

Au LPO Nord Grande-Terre, deux cent élèves ont fait grève le jeudi 14 avril. Beaucoup ont hésité à faire grève à cause du bac blanc. La semaine suivante, le bac blanc devait continuer. Et là, patatras ! Le lundi, les élèves ont trouvé le lycée fermé pour cause de panne électrique. Le soir, message de la proviseure : le lycée sera aussi fermé le lendemain. À Port-Louis, entre les coupures d’eau et les pannes, les lycéens ont toutes les raisons d’aller crier avec les autres : « on vaut mieux que ça ! ».