Site

Archives de CO/CO de l'année 2015/CO n° 1143 du 7 novembre 2015/Quatrième page

Quatrième page

- UNE LISTE COMBAT OUVRIER A L'ÉLECTION DE LA COLLECTIVITÉ TERRITORIALE DE MARTINIQUE.

-UNE LISTE COMBAT OUVRIER A L 'ÉLECTION RÉGIONALE DE GUADELOUPE

Ghislaine JOACHIM-ARNAUD

Alex DUFEAL

Danielle Diakok

Jean marie Nomertin

Travailleuses, travailleurs, jeunes, chômeurs, exploités, Votez pour votre camp pour notre camp, pour votre camp le camp des travailleurs, le camp des opprimés ! En Martinique, rejetez les politiciens du clan Letchimy, ceux du clan Marie jeanne, ceux de la droite des Monplaisir et Petit En Guadeloupe, rejetez les politiciens du clan Lurel, ceux du clan Chalus de la droite des Bernier La droite, c'est l'autre allié du grand patronat Rejetez tous les politiciens qui ne visent que les postes et rejetez tous les politiciens ambitieux. Ils sont tous des auxiliaires politiques du grand patronat, des possédants. Ce sont les serviteurs politiques des gros bourgeois, des riches békés.

Combat Ouvrier présente une liste pour que l’électorat populaire ait un autre choix, qu’il puisse dire tout haut qu’il ne se sent pas représenté par des serviteurs de la bourgeoisie possédante. En lui-même, le bulletin de vote ne permet pas de changer les choses. Mais il permet d’affirmer qu’il existe parmi les travailleurs un courant qui n’accepte pas de se taire et met en avant des exigences vitales pour le monde du travail :

-contre le chômage, il faut imposer l’interdiction des licenciements et la répartition du travail entre tous sans diminution de salaire, l’embauche des intérimaires et de toutes les catégories de précaires,
-il faut imposer une augmentation générale des salaires et des retraites protégés par une indexation sur les hausses de prix, des impôts et des taxes,
-Il faut imposer la suppression du secret des affaires afin que toute la population puisse constater que les grandes entreprises et les banques pillent toute la société avec la complicité de l’Etat et que les profits ainsi accumulés par la grande bourgeoisie suffiraient à financer la création d’emplois utiles et à préserver les classes populaires face à la crise de l’économie capitaliste. Combat Ouvrier se revendique de la tradition communiste du mouvement ouvrier, de tous ceux qui dans le passé se sont battus pour la fin de la dictature du grand capital sur la société et pour la mise en commun des richesses et des moyens de les produire. Nous nous battons pour la reconstruction d'un parti ouvrier communiste révolutionnaire.

En Martinique, la CTM en elle même ne changera rien au sort des travailleurs et des classes populaires ! Pas plus que le prochain Conseil Régional en Guadeloupe Mais si vous y envoyez des élus communistes révolutionnaires eh bien elle peut être une caisse de résonnance des problèmes des travailleurs et des classes populaires. Elle peut être une caisse de résonnance de leurs luttes. .

Ce sera un pas vers la création d 'une force des travailleurs indépendante des riches et des politiciens magouilleurs et ambitieux Alors, face au grand patronat, face aux exploiteurs, face à leurs serviteurs politiques de gauche et de droite, Vous contribuerez avec vos votes à ce que s’affirme, dans ces élections, le camp des travailleurs !

Votez Combat Ouvrier Ghislaine Joachin Arnaud en Martinique!

Votez Combat Ouvrier-Jean-Marie Nomertin en Guadeloupe !


Martinique : Promesses électorales : demain on rase gratis

A l'approche de l'élection de décembre les têtes de liste pour l'élection à la CTM agitent propositions, promesses et programmes. Tout ce qui n'a pas été possible les années précédentes devient possible. A croire que Letchimy, Marie-Jeanne et quelques autres, bonnes fées qui avaient perdu leur baguette magique, l'ont miraculeusement retrouvée. Ils vont s'en servir pour convaincre les membres du gros patronat d'agir dans le sens de la population laborieuse, alors qu'ils font le contraire depuis des années. Comme l'a déclaré sur RCI une des têtes de section de la liste “Combat Ouvrier”, toutes ces propositions finiront dans des tiroirs – voire des poubelles. On entend parler de “désenclaver le Nord”, problème qui, malgré les déclarations, n'a mobilisé personne parmi les capitalistes depuis des dizaines d'années. Il est question d'un service intégré de transports en commun, alors que toutes les déclarations en ce sens, y compris des “décisions” votées dans les assemblées à Paris, sont toujours restées lettres mortes. Si une des listes (Ensemble pour une Martinique Nouvelle) parle de la “réfection du port de Grand-Rivière”, ce n'est que pour pointer la responsabilité de ses rivaux du “Gran Sanblé” dans la faillite de cette réalisation de l'ancien Conseil Général. Ce projet s'enlise depuis son inauguration dans un “Gran Ensablé”. Mais personne ne s'est jamais préoccupé de proposer aux pêcheurs de Grand-rivière autre chose que des mesures ridicules. On leur a promis une dragueuse qui aurait peut-être pu extraire du sable, si la priorité n'avait pas été de maintenir cette épave à flot... Face à cette débauche de boniments de foire, les camarades candidats sur la liste “Combat Ouvrier” sont les seuls à affirmer que des améliorations dans les conditions de vie des travailleurs ne peuvent être que le résultat de leurs luttes collectives... Et qu'il n'y a rien à attendre des notables politiciens qui ne savent que promettre la paix sociale au patronat et au gouvernement, et prêcher la résignation à la population travailleuse.


Une conférence « pour la paix » en Syrie : Belle hypocrisie !

Vendredi 30 octobre 2015, s’est tenue à Vienne en Autriche une conférence internationale sur la situation en Syrie. Autour de la table, figuraient les représentants de la Turquie, de l’Arabie Saoudite et de l’Iran voisines. Les ministres des grandes puissances évidemment : américains, français et russes étaient de la partie pour se poser soi-disant en médiateur. Depuis quatre ans, la Syrie est embourbée dans une guerre civile.
Cela a commencé en janvier 2011, quand la population syrienne s’est soulevée contre son dictateur Bachar el-Assad. C’était la suite d’une vague de révoltes populaires en Tunisie, en Égypte et en Libye qui avait fait tomber de vieilles dictatures. Mais contrairement aux autres pays, la dictature en Syrie a tenu le coup. Le régime d’El Assad a fait massacrer les révoltés. On estime qu’en quatre ans, la répression a fait quelques 215 000 morts et des millions de déplacés. Il reste actuellement sur place des groupes armés « Rebelles» et une partie de l'armée de Bachar el Assad qui s'est rebellée. Ils continuent de se battre  pour le contrôle des principales villes du pays.
Eux aussi veulent soumettre la population. Désormais La Syrie est dévasté et les Syriens qui n’ont pas pu fuir sont victimes des exactions de l’armée d’El Assad d’un côté et des groupes rebelles de l’autre. Les dirigeants des grandes puissances mondiales font croire que le sort des populations syriennes les intéresse. Mais après la conférence organisée en janvier 2014, celle d’octobre dernier n’est qu’une mascarade de plus. En réalité, ce qui préoccupe les dirigeants américains, russes et français ce sont les richesses du sous sol. La région du Moyen-Orient est connue pour son pétrole et ses minéraux précieux et géographiquement la Syrie est placée au centre de cette région. Avant la guerre civile elle était une plate-forme commerciale de transition entre l’Orient et l’Occident. Les pays riches comme la France et les États-Unis soutenaient la dictature d’el-Assad pour mieux continuer leur business.
De grandes multinationales françaises comme Total réalisaient d’énormes profits en Syrie avant le conflit. Pas étonnant qu’aujourd’hui François Hollande fait intervenir les chasseurs bombardiers. Les profits des multinationales françaises sont en cause. La guerre civile syrienne n’est pas bonne pour les affaires et les pays impérialistes sont prêts à tout pour retrouver la situation d’avant avec ou sans el-Assad; quitte à eux-mêmes entrer en guerre. Dans cette « conférence pour la paix » et dans celles qui vont suivre les dirigeants des pays riches se bousculent pour savoir qui parmi eux aura la meilleure position pour récupérer les zones d’extraction, les marchés juteux, et tous les points stratégiques lorsque la situation en Syrie sera plus propice.


Bookmark and Share