Site

Archives de CO/CO de l'année 2015/CO n° 1130 du 28 mars 2015/Quatrième page

Quatrième page

Les élections pour le Sénat et le Parlement sont sur les rails posés par un pouvoir magouilleur.

Le 20 mars clôturait la période des inscriptions des partis pour les élections prévues le 09 août. Le Conseil Électoral Provisoire a indiqué que 192 partis politiques, plateformes et regroupements se sont inscrits dans le délai imparti par les autorités électorales. Les formations politiques membres de la coalition gouvernementale dont celle du président Martelly, celle du parti du premier ministre Evans Paul, le KID sont présentes, ainsi que le parti Lavalasse d’Aristide. D’autres partis d’opposition qui ont mené les manifestations contre Martelly, comme le Mouvement Patriotique de l'Opposition Démocratique (Mopod) ou Pitit Dessalines sont également en piste. Ces élections doivent pourvoir 20 postes de sénateurs et 118 postes de députés. Les politiciens lorgnent vers les postes lucratifs et de nouvelles formations politiques ont été créées pour les appuyer. Après avoir retardé la date des élections, Martelly pense avoir trouvé le créneau favorable lui permettant de placer ses hommes au niveau de l’appareil du Sénat et du Parlement. Il lance sa campagne en promettant des «élections libres, crédibles, indépendantes, transparentes et inclusives». Il a prolongé la durée de validité des Cartes d'Identification Nationale pour attirer le maximum de votants. Les ouvriers de la zone industrielle regardent le show des inscriptions avec scepticisme et se préparent au grand cirque des promesses de la campagne électorale. .

Avril 1915 : les soldats antillais dans la première guerre mondiale

Les Dardanelles : ce lieu a marqué les mémoires de la population antillaise à propos de la guerre de 14-18. Le groupe de Gwo Ka Kan’nida a d’ailleurs composé un morceau qui porte ce nom. Si on se souvient de ce lieu, parfois même sans savoir précisément où il se situe, c’est parce que de nombreux soldats originaires des Antilles ayant participé aux combats y ont souffert atrocement, beaucoup y sont morts. La bataille des Dardanelles, ou bataille de Gallipoli, a opposé durant l’année 1915 les troupes de l’empire ottoman aux soldats de France et du Royaume Uni. Le détroit des Dardanelles relie la mer Egée à la mer de Marmara, sur le territoire de l’actuelle Turquie. L’empire ottoman était allié aux pays de la «triple entente», Italie, Allemagne et Autriche Hongrie, opposés aux forces alliées, dont le Royaume Uni, la France et la Russie, dans une guerre qui avait pour objectif le partage du monde entre grandes puissances. Les troupes françaises qui ont participé à l’offensive d’avril 1915, puis à la guerre de tranchées qui dura jusqu’en décembre, se montaient à 6000 soldats, essentiellement des régiments dits «coloniaux». Ils comportaient surtout des tirailleurs sénégalais, des pieds noirs d’Algérie, et aussi des soldats originaires des colonies, la Guadeloupe, la Martinique, la Guyane, la Réunion, la Nouvelle Calédonie. Les soldats antillo-guyanais n’avaient pas été mobilisés dès le début de la guerre, en août 1914. Le pouvoir en France envisageait une victoire aisée et donc une guerre courte. Il ne jugea pas immédiatement nécessaire d’acheminer jusqu’en Europe des troupes des Antilles. Mais il s’avéra assez vite que c’était illusoire. Le nombre de tués aux combats rendit nécessaire l’arrivée rapide des renforts. Il fut alors fait appel aux troupes coloniales. Les soldats antillais, mal préparés, furent envoyés sur le front d’Orient, sous le prétexte que le climat leur conviendrait mieux. C'est-à-dire dans une région de températures extrêmes, canicule en été, mais aussi froid terrible en hiver. En fait la bataille des Dardanelles avait été mal préparée sur le plan logistique et matériel. Après une première défaite le 27 avril 1915, la hiérarchie militaire comptait pallier cette insuffisance en envoyant toujours plus d’hommes au massacre. Ils furent nombreux à mourir au combat, pendant et après la première offensive. Beaucoup d’autres moururent du manque d’eau, de nourriture, de soins. Ils moururent de maladies liées au climat, au manque d’hygiène et aux privations : dysenterie, typhus, paludisme… La guerre de tranchées qui se prolongea jusqu’en décembre 1915, où les troupes alliées durent se retirer, fut pour les survivants une véritable torture. Ils furent ensuite envoyés sur un autre front, celui de Salonique en Macédoine, une région située au nord de la Grèce, dans des conditions au moins aussi difficiles. Ceux qui ont survécu et ont pu revenir aux Antilles après la guerre ont pu témoigner de l’enfer qu’ils avaient vécu, et c’est pour cette raison qu’aux Antilles, on se souvient encore des Dardanelles.


Martinique : Échos de haute tension (EDF)

Pas touche, même pas en rêve !

La télévision a relayé, la semaine dernière, une nouvelle charge contre le «tarif-agents». Une commission parlementaire a brandi des chiffres : la note aurait été de 2,3 milliards en 2010. Par la même occasion, pour mieux scandaliser, elle invente des histoires : ce «trou» serait supporté par l'ensemble des abonnés, qu'on invite à se révolter contre des piscines chauffées, presque gratuitement. Des piscines chauffées, en Martinique, on n'en voit guère... même dans l'hexagone, cela ne fait pas partie de l'équipement de l'agent EDF moyen... quelques cadres supérieurs, peut-être. Une attaque du tarif-agent équivaudrait à une baisse de salaire importante, et pour les retraités, une amputation de la pension. Ce n'est pas même envisageable.

La pauvreté s'invite à la réunion

Lundi 9 mars la municipalité de Ducos a rencontré un représentant de la direction EDF. A l'ordre du jour une surconsommation, des problèmes techniques et de sécurité. Il a été aussi question de beaucoup de non-paiements liés à la situation de précarité des familles. Ce problème devra, paraît-il, entraîner un élargissement du bénéfice du TPN (Tarif de Première Nécessité). Ainsi la pauvreté de nombreuses familles, pourtant non-invitée, est apparue au grand jour lors de cette réunion !


Guadeloupe: L’Écho des assurances

WAB ASSURANCES se débarrasse des employés malades…

Chez Wab Assurances, il ne faut pas tomber malade car la direction ne l’accepte pas. Une salariée l’a appris à ses dépens. En arrêt maladie depuis plusieurs mois, la direction n’a pas hésité à la convoquer pour un entretien préalable au licenciement où elle n’a pu se rendre pour raison de santé. La direction n’a pas tardé à lui adresser une lettre lui annonçant son licenciement. Et le seul reproche qui lui est fait est d’avoir eu plusieurs arrêts maladie.

Et est coutumière de cette pratique

Ce n’est pas la première fois que WAB licencie un salarié parce qu’il est en arrêt maladie. La direction fait pression sur les salariés. Les conditions de travail se dégradent et cela a des conséquences sur la santé des salariés. Mais ces derniers n’ont pas le droit d’être malade puisque la direction n’hésite pas à les licencier. Cette affaire scandaleuse sera portée aux prud’hommes car la direction ne s’est même pas inquiétée de savoir ce qu’avait réellement la salariée, ni même essayé de voir s’il était possible de la reclasser sur un autre poste ou même de prendre l’avis du médecin du travail. Les salariés sont jetés tout simplement comme des kleenex dont on n’a plus besoin.



Guadeloupe:Fête annuelle de Combat Ouvrier

Le dimanche 26 avril à l'Arche à Baie-Mahault (pas loin du Pako), de 12h à 20 h : - Apéritif et déjeuner en musique.

Menu : - Entrées : Coquille de poisson, salade campagnarde et salade de fruit à pain. - Plat : poulet tandoori (mariné à l'indienne) ou bœuf à la provençale ou brochette de poisson. - Accompagnements : riz blanc et consommé de haricots rouges, gratins de légumes variés. - Dessert : glace. - Vin, champagne à la demande. Café. -15h30 : A l'espace forum : exposé suivi de débat : Élections départementales et régionales, à la Collectivité Territoriale de Martinique : la position de Combat Ouvrier -16h30 : début du bal titane. - 17h15 : à l'espace forum exposé scientifique par le Dr Audrey Robinel : « Intelligence artificielle : Faut il avoir peur des robots ? »

Tout au long de la fête vous pourrez : - Consulter nos panneaux sur l'activité de nos camarades dans les entreprises et sur nos positions politiques. - Vous entretenir avec nos camarades sur la politique, la vie, l'activité de Combat Ouvrier. - Laisser vos enfants s'amuser au château gonflable. - Acheter ou consulter livres, brochures et documents à la librairie de la fête. - Prendre une collation aux stands réservés à cet effet. - Commander des boissons au bar. - Faire des achats à bas prix au "marché aux bonnes affaires". - Pour les jeunes : jouer aux jeux vidéo.

- Participation aux frais : 25 euros (15 euros pour les moins de 12 ans). Cette participation comprend l'apéritif, le repas et toute l'animation de la fête, à l'exception des collations, du bar et du champagne. Contact : 0590 82 92 94 ou 0690.72.61.33 email : redaction@combat-ouvrier.net


Martinique :Combat Ouvrier t’invite au déjeuner de soutien le dimanche 19 avril 2015
De 12h à 19h Habitation «Malgré Tout» (Petit Galion)

Programme 12h-14h : Pot d’accueil. Repas en musique.

Chaque participant aura droit au pot d’accueil, à un repas chaud et à une boisson. Les consommations supplémentaires de boisson seront payantes. (Buffet froid, Plat Chaud, Dessert) 14h 15 Allocution Après-midi culturelle 14H 30 : Rosetta, un exploit scientifique de l’homme : intervention de Maurice Henry suivie d’un débat. 15H 30 - 19H Animation musicale avec DJ

Vous pourrez également :
- Acheter, consulter, lire brochures et documents présentés sur la table de lecture.
- Consulter nos panneaux- exposition sur nos positions politiques.
Vous entretenir avec nos camarades sur la politique, la vie, l’actualité de Combat Ouvrier.  

Participation : 25 euros. Demandez dès maintenant votre carte d’entrée aux militants. Elle sera exigée à l’entrée Alors le dimanche 19 avril, soyez nombreux.

Emmenez vos parents, amis, camarades de travail.


Bookmark and Share