Site

Archives de CO/CO de l'année 2015/CO n° 1125 du 17 janvier 2015/Première page

Première page

Editorial: Soutien à Charlie-Hebdo ! Condamnation des attentats barbares!
La responsabilité de l'impérialisme français et mondial !

ZoomLe 7 janvier 2015, l'attentat contre Charlie-Hebdo faisait 12 morts au siège du journal "Charlie-Hebdo", dont 8 journalistes et dessinateurs, tués en pleine conférence de rédaction. Le lendemain, une policière municipale martiniquaise était assassinée à Montrouge. Le 9 janvier une prise d'otages dans un magasin casher de la porte de Vincennes à Paris se soldait, côté otages, par 4 nouveaux morts. Une semaine après, l'émotion et la consternation sont encore énormes dans toute la France, aux Antilles et dans le monde entier. Combat Ouvrier a condamné avec force ces actes de barbarie absolument ignobles. Aucune cause, politique, religieuse ou autre ne peut justifier de tels actes. L'attentat perpétré contre Charlie-Hebdo comme les deux autres ont été l'œuvre de fanatiques religieux se réclamant d'Al Quaida au Yémen et de "L'État islamique". Charlie-Hebdo était en effet menacé notamment après la parution de caricatures de Mahomet, figure sainte pour les croyants musulmans. Il faut savoir que Charlie-Hebdo a toujours été un journal humoristique, persifleur, moqueur et irrévérencieux ! Il se moquait d'ailleurs aussi bien du Mahomet des musulmans que du pape des catholiques. Ses journalistes, très attachés à la liberté d'expression, ont avec raison toujours refusé de se courber devant les menaces dont ils faisaient l'objet. De même ses dessinateurs humoristiques comme Cabu, Charb, Wolinski, Tignous, Honoré, aujourd'hui assassinés. Ces attentats sont à situer dans le cadre de la montée en Occident et au Moyen-Orient du terrorisme d'individus et de groupes se réclamant de la guerre sainte (le "djihad"), en particulier contre l'occident. En Syrie, en Irak, et Dans une partie du monde musulman se développe en particulier, au nom d'idées moyenâgeuses et obscurantistes, le terrorisme de l'"État Islamique" qui fait des émules en France. Mais le terrorisme aveugle n'a jamais rien réglé. Les véritables changements pour les masses pauvres et les opprimés ont toujours été réalisés par les masses en lutte au cours de révolutions populaires. C'est la politique des états impérialistes qui dominent le monde, dont la France, avec à leur tête, les USA, qui suscite et aggrave les maux dont souffrent bien des pays et leur population. Après les attentats du 11 septembre contre les tours jumelles à New York, pour se venger, les USA et la Grande-Bretagne ont semé la guerre et la désolation en Irak, en massacrant au passage des milliers de civils. Ils sont partis, laissant un pays en lambeaux, aux prises avec des attentats aveugles quotidiens et en guerre civile. La France a fait de même en Libye. Tous, ils ont fait de même en Afghanistan ! Ils ont laissé des pays exsangues et encore plus instables qu'avant leur intervention ! Ces états impérialistes mettent la planète en coupe réglée pour les intérêts de leurs grosses sociétés capitalistes, pétrolières et autres. Partout ils ont opprimé, réprimé les peuples qui n'obéissaient pas à leurs lois. Ils ont suscité contre eux une accumulation considérable de colère et de haine. Cette colère et cette haine prennent pour certains le cours d'une vengeance opposant à l'impérialisme mondial une autre forme d'oppression, contre les femmes particulièrement, mais aussi contre des hommes sous la forme d'une dictature religieuse moyenâgeuse, complètement barbare et finalement stupide. Cette folie meurtrière n'est que symétrique à celle de l'impérialisme mondial. La solution à l'oppression impérialiste et à celle que voudraient faire régner les "djihadistes", ce sont les travailleurs et les masses opprimées de tous les pays qui la trouveront, en luttant contre l'oppression impérialiste de la bourgeoisie mondiale jusqu'à sa destruction.


Capesterre-Belle-Eau : La direction de la SA Bois-Debout reconnue coupable de la mort de l'ouvrier agricole S. Georges

Manifestation devant le Tribunal d Basse-Terre lors du procèsLe verdict de la Cour d'Appel du Tribunal Correctionnel de Basse-Terre dans l'affaire de la mort de l'ouvrier agricole, Simon Georges suite à un accident de travail sur la plantation SA Bois-Debout à Capesterre-Belle-Eau est tombé. Les juges de la Cour d'Appel estiment que la direction de la plantation est responsable de la mort de l'ouvrier. Rappelons les faits : le 26 juin 2009, S. Georges travaillait sur la plantation. Il coupait des bambous, debout sur une plate-forme de chariot et déséquilibré, il a fait une chute. Les secours intervenus peu après n'ont pu le sauver. Il est donc mort suite à sa chute. La veuve de S. Georges a alors intenté un procès contre la direction pour obtenir des dédommagements. Et en janvier 2014, soit plus de quatre ans après la mort du travailleur, le Tribunal Correctionnel de Basse-Terre a relaxé le responsable de la plantation Louis Dormoy. Il est vrai que le Tribunal n'avait toujours pas reçu le rapport d'autopsie du médecin légiste. La veuve de S. Georges a alors fait appel de la décision du Tribunal. Le procès en appel avait été fixé au 14 mai 2014. Il a été renvoyé une première fois au 7 octobre, puis à nouveau au 16 décembre. Cette fois l'affaire a pu se dérouler normalement. Plus de 80 personnes étaient présentes à l'audience : des camarades de travail de S. Georges - la CGTG-Banane avait appelé les travailleurs du secteur à venir apporter leur soutien - et des militants CGTG et d'autres organisations. La SA Bois-Debout est reconnue coupable. Son directeur Louis Dormoy est condamné à un an de prison avec sursis et 10 000 euros d'amende. Quant à la SA Bois-Debout elle est condamnée à 50 000 euros d'amende avec obligation de publier, dans la presse et à ses frais, le jugement du Tribunal. Pour cette fois un patron de la banane est reconnu responsable de la mort d'un ouvrier à cause des mauvaises conditions de travail et de sécurité sur sa plantation et condamné. Mais c'est tout le temps que des condamnations de ce genre devraient être prononcées. Car c'est en permanence que les patrons de ce secteur de l'économie, comme de bien d'autres, ceux du BTP particulièrement, obligent les travailleurs à mettre leur vie en danger dans les entreprises. Tout cela pour réaliser des économies. Et le cas est flagrant en ce qui concerne S. Georges. Car si cet ouvrier avait été équipé d'une nacelle comme l'exige les mesures de sécurité pour le travail en hauteur, il n'aurait perdu sa vie en cherchant à la gagner. En ce qui concerne les dédommagements que la veuve du travailleur avait réclamés, la SA Bois-Debout étant reconnue coupable, c'est le TASS, tribunal des affaires de la Sécurité sociale, qui est désormais compétent en la matière.


Martinique : Une manifestation plus qu'ambigüe

Jeudi 8 janvier, dans la soirée, environ 500 personnes, toutes sous le choc de l'attentat dans les locaux de Charlie-Hebdo la veille et de l'assassinat de la policière municipale martiniquaise à Montrouge, se rassemblaient sur la place de la cathédrale à Fort-de-France, à l'appel du Club-Presse Martinique et de syndicats de journalistes. Dans sa prise de parole le représentant du club-presse rappelait la mort d'André Aliker, en janvier 1934. Ce militant communiste martiniquais avait été assassiné car il dénonçait entre autres, les escroqueries d'une famille d'exploiteurs békés, les Aubéry. Les prises de parole n'allèrent pas jusqu'à relever que la liberté d'expression est toujours absolument nécessaire aux travailleurs, dans leur lutte contre l'exploitation. Il ne fut pas non plus dit que les autorités françaises, loin de défendre partout la liberté d'expression comme elles essaient de le faire croire, soutiennent depuis des dizaines d'années, notamment en Afrique, des dictatures sanglantes. De combien d'assassinats de nouveaux «Aliker» la France s'est ainsi rendue complice ? Donc, c'est parfaitement à l'aise, comme on pouvait s'y attendre, que Didier Laguerre, maire de Fort-de-France et responsable du PPM (Parti Progressiste Martiniquais, qui soutient Hollande) et le représentant du préfet purent pérorer sur l'unité nationale. En fait, ils ont développé leur soutien au gouvernement et à l'appareil d'État qui défendent l'ordre social et politique à l'origine des comportements barbares que chacun constate. C'est ainsi que la colère légitime ressentie par une grande partie de la population peut servir de marchepied à une opération politicienne visant à cacher la réalité des choses.

Bookmark and Share