Site

Archives de CO/CO de l'année 2014/CO n° 1106 du 08 février 2014/Deuxième page

Deuxième page

Martinique : entendu dans les cités et les quartiers

Zoom Dans les cités, dans les quartiers, on entend un autre son de cloche que celui des politiciens sur les élections municipales : Les travailleurs, les chômeurs, les femmes au foyer, les retraités, disent souvent : «De toute façon cela ne va rien changer, ce sont tous les mêmes. Une fois élus ils mettent leurs promesses aux oubliettes». «Je n’ai jamais vu autant de candidats se présenter aux élections». «Ils sont tous là pour leur carrière politique».
Cela se comprend, parce que les classes laborieuses ressentent profondément la dégradation de leurs conditions d’existence. Elles voient et entendent que des milliards sont dépensés par des riches en produits de luxe, et que les gouvernements successifs passent leur temps à faire des cadeaux de milliards d’euros aux capitalistes.
Et elles ressentent aussi que les élus, anciens et futurs, ici en Martinique ne lèvent pas le petit doigt ne serait-ce que pour dénoncer ces «pwofitasyon». Au contraire, ils ont le toupet de prétendre que les aides données au grand patronat vont créer des emplois et diminuer le chômage, alors qu'on a la preuve du contraire depuis maintenant des années.
Et quand, par extraordinaire, ces mêmes politiciens parlent de la situation, du chômage, ils prennent soin de ne pas  écorcher ceux qui sont responsables de la misère, des licenciements, c'est-à-dire les capitalistes. Quelle que soit leur étiquette politique, ils se comportent en notables, complices, activement ou passivement, des riches et des possédants. Une grande partie de la population constate donc avec raison que ces hommes politiques sont surtout des spécialistes de belles promesses.
 

Guadeloupe : échos de pôle emploi

L’INVERSION DE LA COURBE DU CHOMAGE, UNE VASTE FUMISTERIE !
Après un an de mensonges de Hollande, les chiffres sont tombés : en 2013, augmentation continue du chômage, en France comme en Guadeloupe. Si pour certains ce ne sont que des chiffres, pour les milliers de chômeurs que nous recevons au quotidien, ce sont des difficultés et des drames humains.
 
RADIATIONS ABUSIVES….
Plusieurs centaines de chômeurs voire près de 3000 demandeurs d’emploi auraient été radiés abusivement en fin novembre et décembre 2013. S’il fallait compter sur la transparence de Pôle emploi pour connaitre le fin mot de l’histoire, on y serait encore !
 
…OU POINTAGE IMPOSSIBLE A RÉALISER
Il aura donc fallu plusieurs interventions des élus au CE et un coup de gueule de chômeurs syndiqués à la CGTG pour qu’un coin du voile soit levé. Plusieurs centaines de chômeurs ont été soit radiés, soit dans l’impossibilité d’effectuer leur pointage en temps et en heure à la fin de l’année. Quoi qu’il en soit tout est mis en œuvre pour dégoûter les chômeurs de rester inscrits !
 
SI CE N’EST TOI, C’EST DONC TON FRÈRE
Il semblerait, d’après la direction de Pôle emploi Guadeloupe, que certains demandeurs aient eu du mal à effectuer leur pointage à cause de l’opérateur téléphonique auquel ils sont abonnés.
Comme d’habitude, à Pôle emploi, l’institution n’est jamais responsable des difficultés des demandeurs d’emploi.
 
UN SYSTÈME DE FLICAGE JUSQU’À L’ABSURDE!
La nouvelle version du système d’information est arrivée. Et avec elle, les courriers envoyés automatiquement de France ne font que se multiplier. Mais pourquoi ne peut-on pas modifier de Guadeloupe les horaires erronés d’ouverture des agences ? C’est pour mieux te contrôler, à distance, mon enfant !
 
FORMATION AU RABAIS ET AU PAS DE COURSE
Le système informatique nouveau est arrivé, il faut le boire jusqu’à la lie. Et pour cela, on ferme les agences au public plusieurs fois en quelques jours, et on nous gave d’une «démultiplication» imbuvable en six, quatre, deux. Cette fois-ci, il
 
n’y a pourtant aucune grève qui prenne soi-disant les demandeurs d’emploi en otage !
 
ET POURTANT, ÇA BUG !
On nous gave, parce que tout d’un coup, le 20 janvier, tout a changé, et pour toute la France en même temps, y compris dans les «DOM». Résultat : on ne plus travailler correctement car on est planté toutes les 5 minutes. Mais dans ces cas là, faites en sorte que le SI3 fonctionne, tonè !
 
NÉGOCIATION SUR L’ASSURANCE CHÔMAGE, OU COMMENT RÉDUIRE LES ALLOCATIONS
La négociation sur la nouvelle convention assurance chômage a débuté le 17 janvier en France. Les patrons cherchent par tous les moyens à réintroduire la dégressivité des allocations. Ils ont commencé par expliquer que l’UNEDIC est en déficit. Mais qui jette par millier chaque jour des travailleurs au chômage ?

Bookmark and Share