Site

Archives de CO/CO de l'année 2014/CO n° 1107 du 22 février 2014/CO n° 1112 du 3 mai 2014/Première page

Première page

Éditorial : : Hollande-Valls et leurs relais outre-mer aux ordres de la bourgeoisie !

Zoom Le gouvernement Valls a les mains libres pour poursuivre son plan de rigueur contre les  travailleurs et la population. Mardi 20 avril, il a eu la majorité ; étriquée certes, à l'Assemblée Nationale, mais nécessaire pour poursuivre ce plan.
Les 50 milliards d'euros  d'économies seront bien pris dans la poche des plus démunis. (Soit dit en passant c'est la somme que les plus riches font évader  de France vers les paradis fiscaux).Les retraites seront gelées, les salaires de plus de 5 millions de fonctionnaires aussi. Il y aura 10 millions d'économies sur l'assurance maladie, donc avec toujours moins de médicaments remboursés et une santé publique encore rabaissée pour les plus démunis. Les riches, eux, ont toujours la possibilité de s'offrir les meilleurs soins ! Economies encore sur l'assurance chômage, sur les dotations aux Collectivités. Ces mesures sont si révoltantes qu'un certain nombre de députés de base du Parti socialiste ont protesté. Valls a alors décidé de faire un effort pour les petites retraites jusqu'à 1200 euros qui ne seront pas gelées et de gribouiller un peu sa copie pour amadouer ces députés. Ces derniers d'ailleurs se fichent pas mal de la souffrance des travailleurs, de la population, des pauvres. Ils ont simplement peur pour leur réélection en 2017. Car ils entendent les protestations de la population même si c'est le temps d'un week-end, dans leur circonscription. Mais pour tenter de sauver ce qui leur reste de popularité 41 parmi eux se sont abstenus lors du vote du plan Valls à l'Assemblée Nationale. Ils tentent d'éviter le suicide avec l'ensemble du gouvernement et du Parti socialiste. Car c'est bien d'un suicide politique auquel on assiste de la part du PS qui se fait hara kiri pour satisfaire les intérêts de  la grande bourgeoisie. Pour elle, aucun sacrifice n'est à épargner.
Ce qui augmente la frustration des travailleurs et de la population laborieuse, celle des pauvres, celle des millions de chômeurs, c'est bien que pendant qu'ils triment, la grande bourgeoisie bénéficie de tous les cadeaux possibles : exonérations de charges, crédit d'impôt, facilités accrues pour licencier, pour accroître la flexibilité dans l'entreprise. Le patron du MEDEF Gattaz s'est même offert le luxe de proposer un nouveau SMIC au rabais pour les jeunes. Il a été refusé... pour l'instant. Mais qu'il ait osé faire cette proposition montre qu'il sait bien qu'il a affaire à un gouvernement qui serait capable de l'accepter éventuellement. Ce sont encore des grands patrons comme Gérard Mestrallet PDG de GDF Suez qui ont mis dans la tête de Hollande l'idée d'ouvrir à tous l'apprentissage, même aux séniors. Encore des milliers d'esclaves à livrer au patronat ! D'autant que le gouvernement pendant qu'il envoie les "quinquas" en apprentissage, dans le même temps, baisse les aides de l'État à l'apprentissage des jeunes...
Pendant ce temps les profits des grandes entreprises, la richesse des riches augmentent tout comme les profits boursiers ! Plus on pressure les classes populaires plus certains s'enrichissent. C'est lié !
Ici aux Antilles ce sont les Lurel, Gillot, Letchimy leurs amis, leurs partis  qui défendent la politique de Hollande-Valls. Ils en sont les relais fidèles en Martinique et en Guadeloupe. Les politiciens locaux du PS ou apparentés sont de la même veine que ceux du gouvernement. Eux aussi soutiennent la grande bourgeoisie, les riches békés qui réalisent des millions de profits ici et qui cassent les reins de leurs travailleurs, que ce soit aux caisses à Carrefour ou dans les plantations de banane où les conditions de travail sont ignobles et dignes du 19 ème siècle !
Alors, on ne peut savoir quand ni comment les travailleurs et la population feront exploser leur colère aux Antilles comme en France. Mais on sait qu'ils le feront. Ce sera une réaction vitale pour les travailleurs et l'ensemble des exploités.

La Liste Lutte Ouvrière-Combat Ouvrier aux élections européennes dans la circonscription de l'Outre-mer

(Guadeloupe, Martinique, Guyane, St Pierre et Miquelon, la Réunion, Mayotte, la Nouvelle Calédonie, la Polynésie française, Wallis et Futuna)
 
JOACHIM-ARNAUD Ghislaine
Technicienne de laboratoire - Martinique - section Atlantique
 
2.   NOMERTIN Jean-Marie – Employé
Guadeloupe - section Atlantique
 
 

3.   GASP Corinne - Conseillère de gestion
La Réunion - section Océan Indien
 

4.   PAYET Jean Luc - Enseignant
Nouvelle Calédonie - section Pacifique
 

5.   DIAKOK Danielle - Employée d’assurance
Guadeloupe - section Atlantique
 

 
6.
PAYET Jean-Yves - Formateur agricole
La Réunion - section Océan Indien

 
7.
MARTHE DITE SURELLY Marie-Hellen
Ouvrière agricole - Martinique - section Atlantique

 
8.
MAUGÉE Louis  - Retraité
Martinique - section Atlantique

 
9.
DAHOMAY Lita - Retraitée
Guadeloupe – section Atlantique


 
C’est bien un résidu du passé colonial de l’impérialisme français que ce regroupement en une seule circonscription électorale des territoires dispersés sur trois océans et, qui plus est, de les regrouper à l’occasion d’élections dites... européennes.
Mais puisque l’État de la bourgeoisie française nous impose ce cadre, souvenons-nous de ce qui est commun à la plupart des régions concernées par-delà la dispersion géographique : un passé fait souvent de conquêtes sanglantes, de domination violente, d’intégration par la force dans l’empire colonial de la France, d’esclavage pour beaucoup et d’oppression pour tous.
La domination  coloniale des grandes puissances impérialistes rivales a morcelé des régions et coupé les uns des autres des peuples proches par la géographie. À l’intérieur   même de sa zone d’influence  coloniale, l’impérialisme  français a aiguisé, voire suscité, la méfiance mutuelle entre les peuples pour mieux les dominer.
 
Ces élections  européennes,  quels que soient  leurs résultats, n’ont pas le pouvoir de changer notre sort. Pas plus que les autres élections. Mais elles nous donnent la possibilité de nous exprimer. Elles nous donnent la possibilité de faire entendre notre camp, celui des travailleurs, des exploités, des pauvres, face à ceux qui nous exploitent et nous oppriment.
Faire entendre le camp des travailleurs, voilà le sens de la liste conduite par Ghislaine  Joachim-Arnaud  et  présentée dans ces élections européennes, en commun, par Lutte Ouvrière et Combat Ouvrier, qui se réclament du communisme révolutionnaire.
Voter pour cette liste, c’est affirmer la nécessité pour tous les travailleurs d’exprimer leurs propres intérêts de classe face aux partis politiques qui, au-delà de leurs différences, considèrent, tous, l’économie et la société capitalistes comme les seules possibles et qui, lorsqu’ils sont en position de responsabilité, dirigent en fonction des intérêts de la bourgeoisie et des riches.
Voter pour cette liste, c’est affirmer partout que, pour protéger leurs intérêts matériels et moraux, les travailleurs n’ont pas à accepter d’être privés de travail et de salaire. Ils doivent imposer l’interdiction des licenciements, l’embauche de jeunes, en répartissant le travail entre tous sans diminution de salaire.
Voter  pour cette liste, c’est affirmer la nécessité de toucher, dans tous les secteurs économiques, des salaires qui permettent de vivre et d’en protéger le pouvoir d’achat par leur indexation sur les hausses de prix.
Voter pour la liste conduite par Ghislaine Joachim-Arnaud, c’est dire qu’il faut enlever au patronat et aux financiers le pouvoir absolu qu’ils exercent sur l’économie,  le pouvoir exorbitant de supprimer des emplois ou de ne pas en créer alors que les moyens de le faire existent et que les besoins à satisfaire sont nombreux. Pour cela, la première condition est la suppression des secrets bancaire et commercial afin que chacun puisse vérifier la situation réelle des entreprises capitalistes, des banques, des mines, des plantations, afin que les populations puissent s’opposer aux destructions d’emplois et aux dégâts injustifiés faits à la nature et à l’environnement.
Voter pour la liste conduite par Ghislaine Joachim-Arnaud, c’est se prononcer contre toutes les formes d’inégalité et d’oppression qui perpétuent la domination coloniale.

Réunion Publique

Réunion Publique : CONTRE LES COUPURES D'EAU   
Vendredi 9 mai à RAIZET au Bar VIVIÈS à 18H 30 
VENEZ NOMBREUX !

Bookmark and Share