Site

Archives de CO/CO de l'année 2014/CO n° 1104 du 11 janvier 2014/Le courrier des lecteurs

Le courrier des lecteurs

A propos de l'article concernant Dieudonné

Courrier reçu du lecteur : L B.
 
Bonjour,
 
Comment pouvez vous sortir autant d'ineptie sur Nicolas Anelka ou Dieudonné ?
Comment pouvez vous parler de « quenelle » comme geste anti sémite ?
 
On pourrait dire de la même façon que le drapeau français récupéré par le FN est un drapeau fasciste ?
Avec les positions prises par Manuel Valls et son président, je crois que que ce point, il n’y a plus de doute.
Mais pour la «  quenelle » ? Que faites vous des 99,9% qui la font sans arrière pensée ?
 
Je vous prierai de mieux vous renseigner au lieu de faire le jeu de ceux que vous prétendez combattre: les impérialistes.
 
Ce que dit Dieudonné et que vous n’entendez pas:
Il ne voit pas pourquoi toute la terre doit s’excuser pour le crime des européens commis entre 39 et 45. Ils n’étaient pas à leur coup d’essai.
Les chinois, les arabes, les africains n’ont rien à voir dans cette histoire.
 
Il le dit à sa manière et a choisi la provocation.
 
Quand Haile Selasie I a prévenu l’Europe de la montée du fascisme Italien et Allemand, les européens ne l’ont pas écouté, et personne n’est venu l’aider face à l’invasion italienne.
Il s’est passé ce qui avait été pressenti.
 
Vous ne pouvez pas être le bourreau et la victime, le violeur et le violé. Je comprends votre difficulté à assumer notre histoire qui tente de nous assimiler à nos bourreaux
et nous faire endosser leurs crimes.
Nous sommes Français, Européens accessoirement caribéen. Serions nous donc à la fois descendants d’esclaves et responsable de l’esclavage ?
Responsable de la déportation de juifs ? Et pourquoi pas aussi responsable du génocide des indiens d’Amérique ?
C'est la schizophrénie à laquelle doit faire face tout martiniquais.
 
Les noirs ont été mis en esclavage parce qu’ils étaient noirs,
Les arabes parce qu’ils étaient des barbares, car arabes (non blancs),
Les juifs parce qu’ils étaient juifs...
C’est bien triste tout cela. Mais pourquoi faire une fixation sur les crimes nazi ?
Pour faire oublier tous les autres. Ce n’est pas mon choix.
 
Les nègres doivent arrêter de pleurer sur l’esclavage et prendre leur destin en main ? Les africains "doivent rentrer dans l’histoire" ?
Les juifs devraient également arrêter de pleurnicher et faire le tri dans leur rang pour permettre d’éviter tout amalgame entre le sionisme et judaïsme.
 
Nous sommes prompts à condamner le nègre et à pardonner au blanc par éducation. Nous endossons même leur crime.
Serait-ce une manifestation du syndrome de Stokholm ?
 
Les Européen tuent, violent, colonisent, volent les autres peuples depuis la nuit des temps, sur tous les continents.
D’autres peuples aussi sont responsables d’exactions, mais manquant d’expérience, ils sont moins « méthodiques ».
Les européens sont responsables de massacre en Amérique, Afrique noire, Afrique du nord, Asie.... Ils se sont perfectionnés depuis, puisqu’ils continuent sous mandat international.
Indiens d’Amérique, Algérie, Congo, Sénégal, Afghanistan, Egypte, Irak, Mali, Libye, Syrie… et cela continue.
Les juifs qui occupent de la Palestine, continuent à tuer, piller, coloniser, avec un gouvernement d’extreme droite et raciste qui refuse que l’on fasse un seul pays.
Ils veulent un état juif.
C’est ça la base du racisme.
Il n’y a aucune raison de distinguer racisme et anti sémitisme, a moins de vouloir créer une hiérarchie de l’offense.
ll faut donc libérer la Palestine des sionistes et de leur projet d’expansion. A moins que vous n’ayez oublié ce qu’est la colonisation depuis que vous êtes devenu Français (donc descendant de colons).
 
Pouvez-vous objectivement expliquer le soutien indéfectible de la France à Israel, seul pays à avoir collaborer sans complexe avec le régime de l’Apartheid ?
Qui continue une colonisation abjecte ainsi que le racisme ? (par exemple: le sang des noirs n’est pas mélangé à celui des blancs, il est jeté car impur)
Regardez l’actualité aujourd’hui.
 
Allez au dela de ce que vous disent les infos et renseignez vous un peu. Vous entretenez la confusion dans la tête des martiniquais.
 
J’étais moi même à la LDH en Martinique, qui ont essayé de nous prendre la tête avec l’antisémitisme galopant en Martinique, cause nationale. Sans déconner.
Je vois surtout du racisme anti caribéens, et le dénigrement de nous même.
Tout comme Copé qui veut lutter contre le racisme anti-blanc en France.
 
Il faudrait que chacun apprenne à gérer sa souffrance et son histoire et aille de l’avant.
 
C’est bien ce que l’on dit au nègre: l’esclavage c’était il y a longtemps.
 
Je suis donc extrêmement déçu de votre position sur le sujet.
Votre combat n’est pas le mien.
 
Salutations.



 
 

Réponse de la rédaction de Combat ouvrier à L.B.

A Monsieur L B
 
Monsieur,
 
Au risque pleinement assumé de justifier votre « déception extrême », nous maintenons que Dieudonné et Anelka sont « Deux noirs en colère et perdus ».
 
Vous faites défenseur de la « quenelle », geste promu par Dieudonné, qui n'a rien d'un geste antisémite selon vous, et de ceux qui la font, vous dites 99,9 %, sans aucune arrière-pensée. Des naïfs sans arrière-pensée, il y en a certainement eu. Depuis que ce geste a été mis sous les feux de l'actualité, c'est de moins en moins le cas. On n'ignore plus que Dieudonné l'associe depuis des années à des sorties antisémites au cours de ses spectacles. On sait que A. Soral, encore cadre du Front National en 2008, ami de Dieudonné, a tenu à faire une quenelle à Berlin, devant le mémorial dédié aux victimes du génocide hitlérien. Et ce n'est qu'un exemple. Il y a eu des « quenelles » devant des synagogues, devant le camp d'Auschwitz, etc. Celles-là sont lourdes de sens. Vous voulez l'ignorer, cela vous juge.
 
Vous faites une comparaison passablement confuse entre une prétendue récupération de la « quenelle » et ceux qui qualifierait le drapeau français tricolore de drapeau fasciste au motif qu'il est agité par le Front National. Pour d'ailleurs leur donner finalement raison, au vu des positions prises par Manuel Valls et François Hollande.
Sans même parler du sang des esclaves révoltés qui a coulé ici-même, aux Antilles, cela fait bien longtemps que le drapeau tricolore a été traîné, au quatre coins du monde, dans le sang de dizaines de milliers d'opprimés, sang répandu par une soldatesque bestiale aux ordres des nantis de la bourgeoisie française. A Paris, lors de la répression des ouvriers communards en 1871 ; au 19ème siècle dans toute l'Afrique lors de la conquête coloniale ; dans la 2ème moitié du 20ème siècle à Madagascar (1947) en Algérie, en Indochine, etc. Et pas besoin d'invoquer le fascisme, ces répressions ont été menées, sous les plis du drapeau, au nom de la République Française, une démocratie parlementaire se réclamant de la devise mensongère de « Liberté, Egalité, Fraternité ».
Pour notre part, notre drapeau est le drapeau rouge, drapeau du mouvement ouvrier, internationaliste, représentant la seule voie d'avenir pour l'humanité dans l'alternative « socialisme ou barbarie ».
 
Vous dites ne pas vouloir distinguer racisme et antisémitisme. Soit, nous pouvons nous contenter de ne qualifier qu'une seule fois vos propos, peu importe le terme choisi.
Quand vous dites : «Les juifs qui occupent la Palestine, continuent à tuer, piller, coloniser, avec un gouvernement d’extrême-droite et raciste... », vous ne voyez – peut-être - comme coupables que les citoyens israéliens. Peut-être, mais c'est déjà trop, car la population travailleuse israélienne est aussi victime, certes différemment du peuple palestinien, de la politique du gouvernement israélien.
En réalité vous étalez vos sympathies avec un Dieudonné qui se vautre dans l'antisémitisme.
Quand on déclare, comme lui, qu’il est « dommage » que Patrick Cohen, un journaliste juif, ne soit pas mort dans les chambres à gaz, on est antisémite. Quand on se met en scène, aux portes d'une chambre à gaz nazie, emportant un réservoir de gaz et disant « ça peut toujours servir », on est antisémite.
L'image des juifs super-puissants, contrôlant toutes les institutions, les lieux de pouvoir en France et ailleurs en Europe, est un vieux fantasme d'extrême-droite, particulièrement virulent dans les années 1930. Le même fantasme est aujourd'hui revisité, par la mouvance à laquelle Dieudonné appartient. Ils ont remplacé juif par sioniste mais eux-mêmes oublient très souvent ce tour de passe-passe.
Vous refusez, paraît-il avec Dieudonné, que la terre entière doive s’excuser pour les crimes nazis entre 39 et 45. C'est encore un fantasme. Un fantasme anti-juif. Personne ne demande d'excuses. Les historiens font leur travail d'historiens, plus ou moins bien. Et, quant à eux, les militants communistes révolutionnaires  doivent mettre en accusation, non pas la terre entière, mais la domination de la bourgeoisie. Dénoncer cette société capitaliste, impérialiste, capable de sombrer, et de resombrer, dans la barbarie la plus infâme.
 
Vous nous dites :
« Vous ne pouvez pas être le bourreau et la victime, le violeur et le violé...  Serions nous donc à la fois descendants d’esclaves et responsable de l’esclavage ?
Responsable de la déportation de juifs ?... »
 
Dit en d'autres termes, le fait d'être noir, ou issu de peuples africains, absoudrait à l'avance quiconque de l'accusation de se ranger du côté des exploiteurs ? Ca serait bien pratique pour certains.
Les dirigeants noirs de pays indépendants pourraient continuer, peut-être en se disant anti-impérialistes, à se nourrir des miettes concédées par l'impérialisme pendant que la population croupit dans la misère. Les exploités devraient tout supporter : « entre noirs pas de luttes fratricides ! »
Les hauts- cadres noirs qui se font leur place, ici-même, dans les entreprises ou l'administration, pourraient, à l'ombre de la bourgeoisie, mépriser les travailleurs sans que personne ne les dérange.
Et Dieudonné pourrait parader aux côtés de Le Pen, ex-para tortionnaire pendant la guerre d'Algérie, sans que personne ne lui demande de compte sur ce que vous appelez abusivement son anti-impérialisme. Un anti-impérialisme de pacotille !
Vous-même, témoignez dans votre lettre de sympathies posthumes avec  Haïlé Sélassié, qui a dénoncé, à un certain moment, les menées de l'impérialiste italien contre l'Ethiopie, ce qui était bien la moindre des choses. Vous oubliez naturellement tous les actes dictatoriaux de Haïlé Sélassié, envers notamment le mouvement étudiant, dans les années 1960 et 1970. Haïlié Sélassié qui avait été replacé à la tête de l'Ethiopie, par l'impérialisme, à la fin de la guerre.
 
Ce « noirisme » que vous tenez à exhiber, ne peut être qu'un frein pour les exploités d'ici, en premier lieu les Noirs, qui auront à affronter leurs exploiteurs, tous leurs exploiteurs, indépendamment de la couleur de ceux-ci,  pour ouvrir une autre perspective à la société.
 
A ce titre nous le combattons. Et continuerons à dénoncer les idées de Dieudonné, Noir complètement perdu, qui distille une haine qui, se propageant, serait une gangrène pour le mouvement ouvrier.
Vous avez raison sur un point : votre « combat » n'est pas le notre. 
Salutations.
 
                                               Le comité de rédaction