Site

Archives de CO/CO de l'année 2011/CO n°1049 du 21 mai 2011/ CO n°1048 du 7 mai 2011/Page 1

Page 1

Ben Laden : Tué pour avoir mordu les salauds qui l’avaient dressé

Toutes les télévisions du monde ont retransmis les images d’Obama annonçant l’exécution de Ben Laden par un commando américain et les manifestations de joie dont cette annonce a été accompagnée à Washington. En entendant l’avalanche de congratulations qui a suivi, on se dit qu’il n’y a quand même pas de quoi exulter parce que les services secrets et l’armée de la plus grande puissance du monde ont fini par avoir au bout de dix ans la peau de l’homme qui avait conçu les attentats du 11 septembre 2001.
     Ben Laden était une crapule et il n’y a certainement pas lieu de pleurer sa mort. Les attentats de 2001 ont été une infamie parce que, si le World Trade Center a pu passer pour le symbole de l’impérialisme américain, les près de trois mille employés qui sont morts dans les attentats n’étaient pour rien dans la politique impérialiste.
     Mais il suffit d’écouter cependant les informations relatant la vie de Ben Laden pour réaliser qu’il a été fabriqué par l’impérialisme américain lui-même.
     Dans les années 1980, l’Afghanistan était occupé par l’armée soviétique. Pour contrer l’influence de Moscou sur ce pays, Washington avait fait feu de tout bois en soutenant et armant des guérillas fondamentalistes. Les origines d’Al Qaïda sont les mêmes que celles des talibans, ces étudiants en religion qui allaient un peu plus tard imposer leur dictature sur l’Afghanistan.
     Les puissances impérialistes sont habituées à ce genre de jeu. Leur domination sur le monde soulève tellement d’indignation, de colère, de haine, que toutes leurs armées ne suffiraient pas à contenir les explosions que cela provoque. Le pillage de la planète par quelques dizaines de grands groupes capitalistes, se perpétue à ce prix.
     Mais il arrive souvent que les chiens de garde deviennent enragés et mordent leurs propres maîtres.
     Alors, les dirigeants de ce monde peuvent toujours se réjouir bruyamment et annoncer que le terrorisme est mort. Mais il n’est pas mort car ce sont eux qui le font sans cesse renaître. Si Ben Laden a pu se cacher si longtemps, non pas dans une grotte au fin fond des montagnes d’Afghanistan mais dans une villa à proximité d’Islamabad, la capitale du Pakistan, allié des États-Unis, c’est qu’il a bénéficié de complicités, à commencer par les services secrets du Pakistan, mais aussi dans la population.
     Oui, Ben Laden était une crapule qui avait le même mépris pour les hommes que les dirigeants du monde impérialiste. Les bombardements aveugles des uns nourrissent les attentats aveugles des autres. Pour recruter et fanatiser des hommes désespérés au point de se faire sauter avec leurs bombes, Ben Laden a pu trouver un vivier dans l’immense misère matérielle et morale fabriquées par la domination de l’impérialisme dans les pays pauvres musulmans.
     Pour les pauvres, il n’y a pas plus de vengeur suprême que de sauveur suprême.
     L’émancipation des travailleurs des carcans d’une société où règnent l’argent, l’exploitation, l’impérialisme, sera l’œuvre des travailleurs eux-mêmes. Cela vaut pour les masses déshéritées de là-bas comme pour les exploités d’ici.
Arlette Laguiller (extraits de Lutte Ouvrière))
 

Guadeloupe La grève dans le secteur de l’énergie est à un tournant

Finalement les représentants syndicaux de l’EDF-Guadeloupe, CTM et Diesel Export (CDE) ont été convoqués à Paris, ainsi que ceux d’EDF Martinique pour une rencontre à la fin du mois d’avril avec leur direction respective. Et ce après maintenant plus d’un mois de grève pour ceux de la CTM et de Diesel Export et près d’un mois pour ceux d’EDF.                                                                               En fait il apparaît clairement que les directions de ces entreprises jouent la montre,                                 

Martinique Des nostalgiques des vieilles méthodes coloniales mis au pas par les grévistes.

Du mardi 19 au jeudi 21 avril, les grévistes d’EDF avaient occupé la salle des commandes de la centrale électrique de Bellefontaine.  Après une trêve durant les fêtes de Pâques, ils ont continué leur mobilisation pour faire valoir la mise en application de l’accord de 1972 sur l’attribution d’une prime de vie chère identique à celle des fonctionnaires, soit 40% en Martinique.                                    Après s’être réunis en assemblée générale, ils ont décidé qu’une délégation se rendrait à Paris. En effet la direction nationale a fini par accepter le principe d’une rencontre sur la base de la revendication des grévistes.                                                                                                           La rencontre a débuté à Paris le 29 avril. Elle se déroule en présence de délégations de salariés EDF de tous les dits Départements d’Outremer.                                                                                                            Au moment où nous écrivons, les résultats de cette négociation ne sont pas connus.
                                                                                                

Ils ne veulent plus de Black Blanc Beur, ils veulent du Blanc Blanc Blanc

Lors d’une réunion de la direction technique nationale de l’équipe de France de foot, il aurait été décidé d’instaurer des quotas pour limiter dans l’équipe le nombre de joueurs noirs et d’origine maghrébine. Contrairement à ce qu’on a voulu nous faire croire, il n’y a pas que les supporters qui peuvent être racistes. Les dirigeants du foot sont capables de céder à ces pressions.
     S’ils veulent une équipe de France «bien blanche», ces gens devraient aller recruter leurs jeunes joueurs exclusivement à Neuilly et Saint-Cloud, les banlieues de Sarkozy et des Le Pen. Le problème, c’est que là-bas les jeunes font sans doute moins de foot que de golf ou de polo.